×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    International

    USA: La Fed baisse ses taux d’un quart de point

    Par L'Economiste | Edition N°:2672 Le 13/12/2007 | Partager

    . Un signe de détérioration des marchés financiers La Réserve fédérale américaine (Fed) a baissé le 11 novembre d’un quart de point à 4,25% son taux directeur, en soulignant les incertitudes pesant sur la croissance et l’inflation dans un contexte de détérioration des conditions sur les marchés financiers. C’est une baisse conforme aux attentes des analystes. Mais les marchés espéraient secrètement un geste plus marqué, et la Bourse de New York a très mal pris cette nouvelle, décrochant brutalement après la publication du communiqué. Fait notable, la décision n’a pas été prise à l’unanimité. L’un des gouverneurs, Eric Rosengren (le président de la Fed de Boston), aurait préféré une baisse d’un demi-point. C’est un contraste frappant avec la précédente réunion de la Fed, où l’un des gouverneurs avait fait dissidence mais cette fois en faveur du statu quo. Il faut dire que depuis fin octobre la situation est devenue beaucoup plus délicate à gérer. «Les développements récents, y compris la détérioration des conditions sur les marchés financiers, ont augmenté les incertitudes entourant les perspectives de croissance et d’inflation», a reconnu la Fed. La Fed s’est concentrée «sur la détérioration des marchés financiers», a noté Scott Anderson de Wells Fargo, pour qui l’attitude modérée de la banque centrale se justifie. «Une baisse de taux trop agressive ou prise dans la panique aurait risqué de faire plus de mal que de bien», selon lui. En prenant acte de ces incertitudes, la banque centrale a émis un jugement beaucoup moins lénifiant que lors de sa dernière réunion, fin octobre. A l’époque elle jugeait encore que les risques pesant sur la croissance équilibraient à peu près ceux concernant l’inflation. Signe de cette dégradation, les économistes sondés par le Wall Street estiment désormais qu’il y a 38% de risques de récession aux Etats-Unis, ce qui est le niveau le plus élevé en plus de trois ans. Avec cette décision, le «Fed funds» est revenu à son niveau de décembre 2005. Il n’est qu’un quart de point au-dessus du taux de la Banque centrale européenne. La Banque centrale avait déjà réduit d’un quart de point son taux directeur lors de sa précédente réunion, en octobre, et d’un demi-point en septembre. Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc