×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    USA: Avis de turbulence pour les ALE

    Par L'Economiste | Edition N°:2392 Le 01/11/2006 | Partager

    . L’issue des élections parlementaires marquerait un tournant Les accords de libre-échange promus par le président américain, George W. Bush, vont connaître une période de turbulence quelle que soit l’issue des élections parlementaires, selon les analystes. Une victoire démocrate dans l’une des deux chambres du Parlement le 7 novembre causerait un blocage législatif. Mais si les républicains l’emportaient d’une courte tête, cela entraverait aussi les efforts de Bush. «Une courte victoire changerait complètement la donne», a estimé Grant Aldonas, ancien sous-secrétaire au Commerce du gouvernement Bush. Après le vote du 7 novembre, le compte à rebours sera enclenché pour la procédure accélérée de vote des accords commerciaux (Trade Promotion Authority) qui expirera le 30 juin. Aux termes de cette procédure, le gouvernement peut faire passer des accords sans amendement du Congrès. Selon les experts, les chances de prolongation de cette procédure sont proches de zéro. De plus, les signes de protectionnisme se sont multipliés. La Chine est régulièrement dénoncée et les parlementaires se sont mobilisés en mars dernier contre la prise de contrôle de six ports américains par une société de Dubaï. Les candidats démocrates ont fait largement campagne contre des accords commerciaux suicidaires pour l’emploi. Rejoints par certains républicains dissidents, ils ont failli faire capoter un projet d’accord avec les pays d’Amérique centrale fin juillet. Deux accords majeurs sont actuellement en préparation, avec la Malaisie et la Corée du Sud. Mais leur mise au point connaît déjà des difficultés. Et la mise sous respiration artificielle du cycle de Doha des négociations de l’OMC rend hypothétique tout renoncement unilatéral des Etats-Unis à leurs généreuses subventions agricoles. Cependant, peu d’analystes prévoient un retour au protectionnisme des années 30. Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc