×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Entreprises

    Université d'Été de la Communication à Ifrane : Les professionnels de la communication en brainstorming

    Par L'Economiste | Edition N°:226 Le 18/04/1996 | Partager

    Les nouvelles technologies de la communication donnent déjà des signes précurseurs de ce que sera la société de demain. Tous les pays se sont trouvés confrontés à la nécessité de s'aligner et la réflexion se fait dans un cadre régional.


    La première université de la communication des pays de la Méditerranée, organisée par la Ligue Française de l'Enseignement et de l'Education Permanente, d'une part, et le Centre Régional d'Education Permanente et d'Action culturelle (CREPAC) d'Aquitaine d'autre part, tiendra ses assises à Ifrane dans l'enceinte de l'université Al Akhawayn, les 24, 25 et 26 avril 1996. A cette occasion, une conférence de presse a été donnée par M. Marcel Desvergne, délégué général de l'Université d'Eté de la communication, le 15 avril 1996. Cette manifestation sera placée sous le haut patronage de S.M Le Roi. Elle se déroulera autour du thème "La société de l'information: le défi de la Méditerranée".
    Dix-huit nationalités seront représentées (Algérie, Chypre, Egypte, Espagne, France, Grèce, Israël, Italie, Jordanie, Liban, Malte, Maroc, Mauritanie, Palestine, Portugal, Syrie, Turquie et Tunisie). A la date de la conférence de presse, les organisateurs ont enregistré la participation de 200 personnes alors que, selon eux, l'effectif minimum est de 300, qui devront s'acquitter d'un droit de participation de 3.500 FF s'ils sont étrangers et de 500 DH s'ils sont marocains. Certaines écoles supérieures, aussi bien publiques que privées, ont pris leurs dispositions pour faire participer leurs étudiants. Les travaux de l'Université d'Eté concernent les professionnels de la communication avec toutes ses variantes, les universitaires et les chercheurs, les élus locaux et les responsables d'établissements de formation, les hauts fonctionnaires, etc...

    La première révolution planétaire

    Le forum de cette université traitera de plusieurs sujets d'actualité, comme le paysage audiovisuel, la presse quotidienne et périodique, l'offre multimédia, les télécommunications, les autoroutes de l'information, Internet et les réseaux. Les participants auront également à se pencher sur la question des transformations sociales induites par la société de l'information, notamment dans les domaines de l'éducation nationale, de l'emploi, de la formation, de la culture et du patrimoine.

    Selon M. Desvergne, l'enjeu des nouvelles technologies de l'information est très important, aussi est-il indispensable de réfléchir et de s'informer. En outre, malgré la faible étendue du champ de l'Internet au niveau mondial, dans certains pays, 30% de la population utilisent quotidiennement cet outil. Aux Etats-Unis, on compte 11 ordinateurs pour 100 habitants. En France, il n'en existe que 2, et dans d'autres pays, notamment sud-méditerranéens, le parc est presque négligeable. Il existe donc une très grande disparité entre les pays. Comment les pays du Bassin méditerranéen vont-ils assimiler les immenses possibilités permises par la conjugaison du téléphone, de la télévision et de l'ordinateur qui offrent "des perspectives proprement incroyables en termes de circulation de l'information et de l'interactivité à l'échelle planétaire", ainsi que l'affirme le ministre de la Communication, M. Alaoui Mdaghri. Pour M. François Fillon, ministre français délégué à la poste, aux télécommunications et à l'espace, "l'avènement des nouvelles technologies numériques de l'information et de la communication modifie progressivement l'ensemble de notre organisation sociale, économique, culturelle et éducative". Pour la première fois, le monde se trouve devant une révolution à l'échelle planétaire qui touche tous les citoyens du monde. "Il importe donc, ajoute le ministre français, que tous les pays puissent s'approprier au mieux l'emploi de ces nouveaux outils". Leur importance réside dans le fait qu'ils conditionnent la compétitivité de l'économie et démultiplient les accès au savoir et les possibilités de formation.

    Hakim ARIF

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc