×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Affaires

    Université de Casablanca: Où en est la réforme?

    Par L'Economiste | Edition N°:2132 Le 18/10/2005 | Partager

    . Des nouveautés et des projets. Pas plus de 500 étudiants par salle. Enfin l’assurance pour les étudiantsCela fait maintenant deux ans que la réforme de l’université a été entreprise. En septembre 2003, les étudiants de première année des facultés marocaines devaient intégrer un nouveau système d’étude: nouvelles matières, nouvelle gestion du temps, nouvelles formes de diplômes… Un changement difficilement accepté. La réforme reste très controversée, surtout auprès des étudiants. Sans livrer un bilan final sur sa réussite ou son échec, les premières évaluations ont commencé à se faire. Ainsi, la réforme serait sur la bonne voie. Mohammed Barkaoui, président de l’Université Hassan II–Casablanca, a expliqué qu’il n’était certes «pas encore possible d’établir un bilan de la réforme, mais les résultats actuels donnent, toutefois, des prémices quant à sa réussite». Mohamed Barkaoui a, par ailleurs, présenté devant le Conseil de la région du Grand Casablanca, un exposé sur le déroulement de la rentrée universitaire 2005-2006. Une certitude, l’université attire un plus grand nombre d’étudiants. On enregistre 3.902 nouveaux inscrits à la faculté de droit pour 1.011 licenciés. La faculté des sciences a attiré pour sa part 1.032 nouveaux étudiants, le nombre des diplômés étant de 203. Ce déséquilibre démontre-t-il un plus grand taux d’abandon et d’échec? Barkaoui assure que non. Chiffres à l’appui, il explique que le taux d’abandon a, au contraire, baissé. De 50% auparavant, il n’est plus que de 9%. Une autre amélioration a touché, cette fois, le taux de présence aux cours qui est estimé à 75%.Par ailleurs, la modernisation de la gouvernance compte parmi les priorités. Celle-ci se veut de plus en plus flexible. De nouvelles méthodes ont d’ailleurs fait leur entrée à l’université, institution que l’on a eu l’habitude de taxer d’archaïque. Aujourd’hui, l’université se met à la page et l’inscription en ligne est possible via son site Web. La conquête de nouveaux partenaires est également parmi les grands pas franchis. Les facultés de Casablanca prennent, en effet, part au programme Tempus, financé par l’Union européenne. Ce projet vise à faciliter les échanges entre les institutions d’enseignement de divers pays. L’adhésion au programme devrait faciliter la conclusion de contrats d’étude et de recherche ou de formation continue. Des difficultés demeurent tout de même. Notamment au niveau des infrastructures. Sans cela, l’université ne peut prétendre à une réforme réussie. Cette année, les étudiants ne seront pas plus de 500 par groupe et pas plus de 50 dans les cours de travaux pratiques. A noter que dans des facultés à accès ouverts comme celle des Sciences juridiques et économiques, le nombre d’étudiants pouvait facilement atteindre les 3000. L’encadrement constitue un autre pôle d’action: l’objectif est d’offrir une meilleure qualité de formation grâce à une meilleure prise en charge. Interrogé, à ce propos, sur les retombées négatives que peut avoir le «phénomène» du départ volontaire sur cette rentrée, Barkaoui explique que «les dossiers présentés au ministère ont été judicieusement étudiés. Ce ne sont que les départs qui n’étaient pas susceptibles de gêner, qui ont été acceptés». . CommunicationCette année, la rentrée a été également marquée par un grand effort de communication et d’information au profit des étudiants. Des journées ont été dédiées à l’orientation des nouveaux étudiants. Mohammed Barkaoui souligne que des bureaux d’information permanents seront construits au sein des facultés.Par ailleurs de nouvelles matières ont intégré les programmes universitaires. Des modules de communication et d’informatique sont dispensés actuellement afin de permettre aux étudiants une meilleure insertion dans l’environnement professionnel.Plusieurs publications ont accompagné l’introduction de ces matières, notamment des guides pratiques adaptés à différents niveaux d’apprentissage. Un guide de l’étudiant expliquant tous les aspects du nouveau système a également été édité. D’autres changements en perspective? Barkaoui confirme: «La réforme est ouverte, ce n’est pas une réforme figée et elle accepte continuellement l’amélioration». Quant aux mécontents, Barkaoui trouve normal qu’il y en ait. «Toute réforme ou changement entraînent de telles réactions. Nous sommes toutefois à l’écoute de toutes les propositions et toutes les contestations. Et c’est pour faire adhérer tout le monde que nous investissons autant dans la communication», explique-t-il.Ces efforts vont-ils porter leurs fruits? Il faudra attendre 2007 au moins, année de la sortie de la première promotion des licenciés du nouveau système, pour savoir si la réforme a réussi ses engagements.


    La réforme et les moyens

    La réforme est en marche et le financement doit suivre. Une grande bibliothèque multidisciplinaire est en cours de construction dans le campus universitaire de la route d’El Jadida. Elle sera dotée d’équipements informatiques modernes, et sera accordée à plusieurs bases de données internationales… «Son budget est déjà bouclé, son ouverture est prévue au courant de l’année», souligne Barkaoui. Ce dernier explique que l’université essaie de diversifier ses sources de revenus pour ne plus compter sur l’unique soutien de l’Etat. Ainsi, l’université investit dans la formation continue, les cours du soir et les contrats de recherches avec les établissements publics et privés. Elle travaille également à conquérir de nouveaux mécènes comme la Région ou la Ville. Ichrak MOUBSIT

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc