×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Union pour la Méditerranée
Les patrons de PME y croient

Par L'Economiste | Edition N°:2793 Le 06/06/2008 | Partager

. 79% déclarent leur «espoir ou confiance». 30% des échanges sur la Méditerranée sont le fait des PMELa journée annuelle «Planète PME», organisée par la CGPME (Confédération générale des petites et moyennes entreprises) françaises, a choisi Marseille et la thématique méditerranéenne pour sa première manifestation hors Paris, mardi dernier. Le succès fut au rendez-vous, avec quelque 3.000 chefs d’entreprise et 8.000 visiteurs venus des deux rives, qui ont pu prendre acte de la volonté d’avancer que suscite le projet UPM (Union pour la Méditerranée) parmi les dirigeants de PME.A cette occasion, les membres de la CGPME ont dévoilé les résultats encourageants d’une enquête Ipsos-KPMG, menée auprès de 933 patrons de PME de six pays riverains (Algérie, Espagne, France, Italie, Maroc, Tunisie) sur leur perception du projet UPM. C’est une première, une telle enquête n’ayant jamais été réalisée jusqu’ici, et ses résultats sont édifiants: 79% des patrons de PME des 6 pays attendent avec espoir ou confiance la création de l’Union. A y regarder de plus près, il apparaît cependant que seuls 59% des patrons français partagent ce point de vue, et certains intervenants maghrébins, notamment Nizar Baraka, ministre marocain délégué auprès du Premier ministre, chargé des Affaires économiques et générales, n’ont pas manqué de souligner une certaine «frilosité» des PME françaises à traverser la mer, comme le démontrent a contrario les Espagnols. Ces derniers ont créé quelque 1.000 entreprises au Maroc, au cours de ces dix dernières années.Reste que 59%, c’est tout de même une belle majorité, comme le souligne Jean-François Roubaud, président de la CGPME: «C’est beaucoup, même si c’est moins que leurs partenaires. La Confédération partage cet optimisme. L’UPM constitue un potentiel de croissance majeur pour nos entreprises. La CGPME travaillera donc à aider les entrepreneurs à s’approprier ce grand marché d’avenir». Au Maghreb, les réponses favorables des entrepreneurs culminent à 82%, l’UPM leur apparaissant comme une perspective créatrice d’emplois pour leurs pays et de croissance pour leur propre entreprise. En se fondant sur ce chiffre, on peut considérer que les entrepreneurs maghrébins ont bien intégré la nouvelle donne des pôles compétitifs régionaux coordonnés pour affronter la compétition mondialisée.Malgré les réticences allemandes et plus largement européenne, l’engagement des PME en faveur du projet UPM augmente les chances de réussite de celle-ci car ainsi que le relevait en assemblée plénière Anne-Marie Idrac, secrétaire d’État française en charge du Commerce extérieur, «30% des échanges sur la Méditerranée sont le fait de PME, ce qui est plus que dans toutes les autres régions du monde». Lui faisant écho, Philippe de Fontaine-Vive, vice-président de la BEI en charge de la FEMIPE, déclarait quant à lui que le matin même, à Luxembourg, le Conseil des gouverneurs de la BEI avait décidé de renforcer sa stratégie PME, notamment vers le Sud. «Nous allons proposer aux pays du Sud la même gamme de services que celle que nous avons déployée pour les PME en Europe, ils ont besoin de produits de garanties, car les banques y prennent peu de risques, la perception de ceux-ci étant surévaluée». Reste que, contrairement à ce qui avait été annoncé comme probable il y a quelques mois, la création d’une banque d’investissement dédiée à la Méditerranée n’est plus à l’ordre du jour en Europe…


Comment mieux réguler les flux de capitaux nord-sud?

Chaque année, les émigrés en Europe originaires des neuf pays partenaires de la PEV (Algérie, Egypte, Israël, Jordanie, Liban, Maroc, Autorité palestinienne, Syrie et Tunisie), envoient quelque 16 à 18 milliards d’euros chez eux, soit autant que les recettes du tourisme. «Mais, cet argent sert essentiellement à aider les familles ou à acheter une résidence secondaire. Moins de 10% des fonds vont à l’entreprise. Dans l’autre sens, quelque 30 milliards d’euros quittent chaque année le sud méditerranéen pour s’investir en Europe. Il faut que cet argent reste dans les pays du Sud et soit davantage investi dans ces économies», souligne Philippe de Fontaine-Vive. Pour y arriver, ce dernier estime que trois leviers peuvent être utilement actionnés: favoriser les coopérations bancaires transnationales; bancariser les migrants et leurs familles; ouvrir les marchés des capitaux locaux à des non-résidents, afin de moderniser le marché et fixer l’épargne.De notre correspondant à Paris, Alfred MIGNOT

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc