×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie Internationale

    Union Européenne : Nouveau mécanisme de réévaluation des prix agricoles

    Par L'Economiste | Edition N°:159 Le 22/12/1994 | Partager

    Les ministres de l'Agriculture de l'Union Européenne ont adopté les mesures techniques pour rendre conformes les législations agricoles communautaires aux accords du Gatt. Ils ont par ailleurs modifié le mécanisme de réévaluation des prix agricoles. Le système de "switch over" mis en oeuvre depuis 1984 a été en effet remplacé par un mécanisme pratiquement identique mais applicable seulement aux aides prévues par la réforme de la politique agricole commune (PAC).

    Le "switch over" visait à éviter la baisse des prix agricoles garantis dans les pays à monnaie forte en cas de réévaluation. En cas de réévaluation du Franc français par exemple, il permettait d'éviter une baisse des prix agricoles en France en faisant croître les prix garantis dans les pays à monnaie faible, au lieu de les baisser dans l'Hexagone. Ce mécanisme restera en vigueur pendant une période transitoire d'un mois, en attendant l'approbation du Parlement européen.

    Les Douze ont modifié ce switch over, d'une part parce qu'il est inflationniste, et d'autre part parce qu'ils avaient promis lors de l'Uruguay Round de réduire leur soutien à l'agriculture par les prix. Le reste des membres du Gatt accepteraient mieux une augmentation des aides directes au revenu des agriculteurs, commente la presse française. Grâce au nouveau système, l'Union devrait économiser d'importantes sommes. L'ancien mécanisme coûtait près de 300 millions d'Ecus (1Ecu=11DH environ) par point de réévaluation des prix alors que le nouveau ne nécessiterait que 210 millions d'Ecus par point d'augmentation des aides. Depuis 1984,et selon les estimations de la Commission, les Douze auraient consacré 30 milliards d'Ecus au switch over.

    Synthèses réalisées par Hakima EL MARIKY

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc