×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Unilever veut céder ses marques françaises

Par L'Economiste | Edition N°:1452 Le 05/02/2003 | Partager

. Les repreneurs seront la CDC et l'EDF Le géant anglo-néerlandais de l'agroalimentaire Unilever envisage de céder plusieurs marques qu'il trouve trop franco-françaises, dont Banania, Benco et Yabon, à des fonds d'investissement gérés conjointement par la Caisse des dépôts et consignations et l'EDF, rapporte hier mardi Les Echos. Le chocolat en poudre Banania, le chocolat en granulés Benco, les flans Yabon et les compotes Poti, intégrés au groupe suite à l'acquisition de l'Américain Bestfoods, devraient être cédés aux fonds de capital-investissement CDC Ixis Service Industrie et ElectroPar France. Un comité central d'entreprise (CCE) d'Unilever Bestfoods France s'est consacré mardi à ce projet de cession, qui a été présenté fin janvier aux salariés, ajoute le journal. Un porte-parole d'Unilever a assuré hier que les négociations sur la cession des 4 marques sont dans la phase finale”. Le projet «est conditionné à la poursuite du processus de consultation des comités d'entreprise et au fert vert des autorités de la concurrence«, a indiqué une source au sein d'Unilever Bestfoods France, cité par le quotidien économique. Une autre source, membre de CDC Ixis Industrie, la société de gestion de fonds cogérant ElectroPar, également citée par Les Echos, a souligné pour sa part que «les discussions se poursuivent et le closing de la transaction n'est pas encore fait«. Si cette vente devient effective, les repreneurs hériteraient de deux usines employant 166 salariés: l'une fabriquant Banania et Benco à Verneuil-l'Etang (Seine-et-Marne) et l'autre produisant les desserts Yabon et les compotes Poti à Faverolles (Somme). Le groupe a précisé que ces quatre marques totalisent un chiffre d'affaires d'environ 40 millions d'euros. (AFP)

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc