×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Une station de traitement pour les eaux usées des bateaux installée au port

    Par L'Economiste | Edition N°:907 Le 01/12/2000 | Partager

    . L'unité a nécessité une enveloppe de 1,5 million de DHLE traitement des eaux usées des bateaux ne devrait plus poser problème au port d'Agadir. Une entreprise de récupération des eaux et huiles usées, Méga Traitement(1) a mis en place dans l'enceinte portuaire une station qui permet de rejeter, après traitement, une eau conforme aux normes internationales (moins de 15 PPM). Opérationnelle depuis le 15 septembre dernier, l'unité s'étale sur un terrain de 1.131 m2 et emploie en cette période de repos biologique plus de 27 personnes dont 15 permanents. ''Elle a nécessité pour sa réalisation une enveloppe de 1,5 million de DH'', précise M. Mustapha Tabarroat, dirigeant de la société. Pour l'installation de son unité, il a fait appel aux services de la société espagnole Nimasco Agua du groupe Eaglescliff.D'une capacité de traitement de 80 à 100 m3 par 24 heures, la station a la particularité d'utiliser un procédé biologique. ''C'est ce qui fait d'elle la première du genre au Maroc et même en Afrique du Nord'', indique fièrement M. Tabarroat. Ainsi, six produits biologiques différents sont importés pour le traitement des eaux usées. «Ils nous reviennent très cher, car leur prix de revient est majoré de 85% avec les droits et taxes à l'importation«, déplore le gérant de la société.En attendant d'évaluer cette première expérience, qui lui permettra de fixer le prix de ses prestations, le responsable de l'entreprise continue d'offrir ses services au forfait comme auparavant quand il se limitait uniquement à la récupération des eaux et huiles usées.Pour le dernier repos biologique qui s'est achevé le 30 octobre 2000, sa part de marché s'est élevée à 170 bateaux. A l'avenir, ce nombre pourrait bien augmenter. Pour le moment, une autre station est en cours de réalisation. Pour M. Tabarroat, toute société de récupération devrait veiller au traitement des eaux usées collectées, ''le cahier des charges est clair'', souligne-t-il. En effet, l'article 2 de ce document stipule qu'outre la collecte d'ordures, la réception des déchets d'hydrocarbures, les entreprises permissionnaires ont également pour obligation ''le traitement des résidus et mélanges d'hydrocarbures''. M. A. (1) Créée en janvier 2000, Méga Traitement est une société à responsabilité limitée au capital de 800.000 DH.


    . Projet de jumelage avec la région italienne de CampanieJumeler la région de Campanie avec le Souss-Massa-Draâ, tel est le souhait d'une délégation de députés et d'hommes d'affaires italiens en visite la semaine dernière à Agadir. L'objectif est de multiplier les échanges culturels et économiques entre les deux régions, qui selon les représentants de l'Italie se caractérisent par de nombreuses similitudes.En attendant que ce projet de jumelage se concrétise, l'association Movida, partenaire de l'opération, s'attelle à préparer un festival dans la région de Campanie au profit du Maroc. ''Chaque année, nous organisons une manifestation en faveur d'un pays. Cette fois, nous avons choisi le Maroc, car notre région abrite une forte communauté marocaine'', indique M. Francesco Martino, vice-président de l'association. M. A.
    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc