×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Enquête

    Une proposition de loi devant le Parlement : Formation alternée : 30% des effectifs en l'an 2000

    Par L'Economiste | Edition N°:168 Le 23/02/1995 | Partager

    La formation alternée permet de mettre en adéquation la formation et le profil recherché par l'employeur en impliquant ce dernier dans le dispositif. L'OFPPT voudrait généraliser ce type de formation. Pour pallier le vide juridique, le groupe El Wifaq a présenté une proposition de loi.

    L'objectif de l'OFPPT est de porter le nombre de stagiaires inscrits dans le cadre de la formation professionnelle de 6.963 en 1994 à 20.000 en l'an 2000.Déjà entre 1988 et 1994. les effectifs des stagiaires ont connu un bond important puisqu'à cette date ils n'étaient que de 380. Les réalisations ont dépassé les objectifs, selon M. Karim Zaz, directeur de la Formation et des Services aux Entreprises.

    Près de 98 établissements sont concernés, soit plus de la moitié du dispositif de l'OFPPT. Le nombre d'entreprises partenaires est de 2.471 qui mettent à la disposition des stagiaires 2.560 tuteurs. Deux formes d'alternance sont pratiquées à l'OFPPT: "l'alternance sous statut d'apprenti" et "l'alternance sous statut de stagiaire". Dans le cas de statut d'apprenti, les stagiaires sont liés avec les entreprises d'accueil par des contrats de formation par lesquels ils s'engagent à servir les entreprises pendant une période égale à deux fois et demie la durée de la formation. Les stagiaires touchent des indemnités d'apprentissage équivalentes à 50% du SMIG au cours de la première année et à 75% au cours de la seconde année. Deux établissements proposent une formation dite duale. Le premier est le Centre de Perfectionnement Technique de Kénitra qui offre la possibilité à 21 stagiaires de suivre une filière en électricité et mécanique industrielle. Le second est le Centre Inter-Entreprises (ISTAIE) de Casablanca qui a été créé en collaboration avec la GTZ et la FIMME. Il offre des formations de techniciens spécialisés en maintenance des machines-outils et autres machines à production automatisée et en électronique automobile.

    D'un autre côté, l'alternance sous statut de stagiaire consiste en une formation initiale pendant laquelle est dispensée à l'élève, au niveau de l'établissement, une éducation générale et technique couplée à une formation pratique dans l'entreprise. Cette formation pratique se déroule pendant la seconde année sous la responsabilité de l'établissement. Le rythme de l'alternance est fixé d'un commun accord entre l'établissement de formation professionnelle et les entreprises d'accueil des stagiaires d'une section de formation donnée. Généralement, 30 à 40% de la durée de la formation se déroule en entreprise et le reste au niveau de l'établissement.

    L'avantage principal de la formation professionnelle alternée est de faire associer les entreprises à la formation en vue de garantir l'adéquation entre le profil des diplômés et les besoins de ces dernières. Ce type de formation confère également aux stagiaires une certaine polyvalence dans la mesure où les intervenants sont plus nombreux et facilitent par conséquent l'insertion des jeunes, déjà initiés, dans la vie professionnelle. Par exemple, la formation duale garantit un taux d'insertion pratiquement de 100%. Les établissements de formation ne sont pas, quant à eux, tenus d'investir dans les équipements nouvelle technologie qui coûtent excessivement cher tout en garantissant aux stagiaires une formation toujours "up to date".

    Les difficultés qui se posent à la généralisation de la formation alternée sont relatives "au manque d'intégration de la formation dans la démarche globale de fonctionnement de l'entreprise", précise M. Zaz. Est également relevée l'insuffisance du nombre des entreprises susceptibles d'intervenir efficacement au niveau de la formation alternée.

    Les conditions de sélection des entreprises dépendent de la perception de la formation par le directeur de l'entreprise et par la mise à disposition du stagiaire des structures humaines et matérielles. Enfin, la généralisation de la formation alternée suppose également une sensibilisation des formateurs pour qu'ils soient plus à même d'assimiler les caractéristiques du milieu industriel. En effet. la dernière restructuration de l'OFPPT a permis une décentralisation de la gestion des établissements dans le but d'intégrer chacun d'entre eux dans son environnement industriel.

    Par ailleurs et afin de combler le vide juridique et déterminer le rôle des différents stagiaires ainsi que les droits et obligations dévolus aux stagiaires, une proposition de loi relative à la formation alternée a été initiée par le Groupe El Wifaq. Cette proposition de loi définit les acteurs de la formation alternée, réglemente l'établissement du contrat et sa rédaction, arrête les encouragements aux entreprises d'accueil et enfin met en place les sanctions à l'encontre du chef d'en d'entreprise ou du stagiaire qui n'honorent pas leurs engagements. Cette proposition devait être discutée à la Chambre des Représentants le 17 janvier dernier, mais la séance a été reportée.

    L.T.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc