×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Affaires

    Une première en Bourse: L’OPV GSI annulée!

    Par L'Economiste | Edition N°:2657 Le 22/11/2007 | Partager

    . Le dessous des cartes. Des litiges avec les banques non signalés . Qui en est responsable?Un mini-scandale! C’est le moins qu’on puisse dire sur ce qui vient de se passer sur le projet d’introduction en Bourse de GSI Maroc. Une première à la Bourse de Casablanca: Après avoir visé la note d’information relative à l’OPV, le 29 octobre dernier, présentée par l’émetteur représenté par son PDG Khalid Ibrahimi (99,99% des actions) et son conseiller financier Red River Finance, le gendarme de la Bourse a annulé hier, mercredi 21 novembre, l’opération sur proposition du conseiller financier. Contacté à ce sujet, Amina Figuigui, directeur des opérations et informations financières au CDVM, affirme que  «la note telle qu’elle a été visée au départ ne permet pas à l’investisseur d’avoir une vision exhaustive pour lui permettre de se prononcer en connaissance de cause sur cette opération». «Nous disposons de nouveaux éléments qu’on ne peut pas communiquer», ajoute-t-elle. La responsable a refusé d’en dire davantage.. Soupçons fondésSelon nos sources, GSI est en litige avec quelques banques de la place. Que ce soit à titre personnel ou au nom de la société, le conseiller financier nous confie que Khalid Ibrahimi lui avait affirmé que tous les litiges avec les banques ont été réglés. Ce qui n’est apparemment, pas vrai!L’Economiste avait enquêté sur ces informations depuis l’obtention du Visa qui nous étonnait. D’ailleurs, nous avons décliné une proposition d’interview avec le président de GSI et nous n’avons pas relayé la conférence de presse tenue à l’occasion de la présentation de la société, le temps que notre enquête aboutisse. Nos soupçons étaient malheureusement fondés. Où commence et où s’arrête les responsabilités dans cette affaire? Comment des éléments aussi importants soient-ils pour annuler une décision ont échappé au CDVM? Le gendarme de la Bourse affirme qu’il avertit à chaque fois les investisseurs que «le visa du CDVM n’implique ni approbation de l’opportunité de l’opération ni authentification des informations présentées. Le visa a été attribué après examen de la pertinence et de la cohérence de l’information donnée…». Autrement dit, tout candidat peut fournir les éléments qu’il veut et le CDVM peut valider sans engager sa responsabilité…(sic !). «Tentative d’arnaque»Certains investisseurs ont contacté le journal et se posent les questions suivantes: L’examen de la pertinence et de la cohérence a-t-il été fait avec rigueur par le CDVM sachant qu’aucune enseigne n’a accompagné l’opération? Autrement dit, Un cabinet d’audit encore méconnu par le public (AMCS) et un conseiller financier (Red River Finance) qui fait de GSI sa première opération. D’ailleurs, l’opération devrait être à la base pilotée par Eurobourse qui a changé d’avis. Upline Securities a également été approché par l’émetteur. Le management de la société a jugé l’opération trop risqué et l’a refusé. Le conseiller financier de l’opération a-t-il fait le tour des banques pour mettre au clair la situation financière de l’émetteur? En tout état de cause, la «tentative d’arnaque» a été évitée de justesse sans que le gendarme de la Bourse n’ait jugé utile de communiquer dans des délais convenables.À l’heure où nous mettions sous presse ce scandale, aucun communiqué officiel (ni de la part de l’émetteur ni de celle du CDVM) n’est parvenu à la communauté des investisseurs sachant que le projet d’OPV avait pourtant été abondamment médiatisé. Said MABROUK

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc