×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Une opération LBO sur les actions de Mobilia

Par L'Economiste | Edition N°:2808 Le 27/06/2008 | Partager

. BMCE Bank finance L’acquisition en partie. Capital Invest présent dans le tour de tableLe capital investissement semble encore avoir de beaux jours devant lui. La société Mobilia, spécialisée dans la distribution de meubles en kit et d’articles d’intérieur, a fait récemment l’objet d’un LBO (Leveraged Buy Out). Celui-ci consiste en l’acquisition de 100% des actions de Mobilia, via un holding spécialement créé pour l’occasion. Bmce Bank a financé partiellement l’opération, en association avec Capital Invest, qui est, pour rappel, une joint-venture entre BMCE, Siparex et CIC Finance. L’effet de levier a été utilisé, puisque le LBO implique un endettement conséquent. A noter que Capital Invest avait effectué sa première opération LBO en juillet 2007, par l’acquisition majoritaire d’une société dans l’agro-industrie.L’idée avait pris forme lors de la rencontre entre Mohamed Idrissi, fondateur de Mobilia, et Capital Invest, dont la vocation est d’accompagner notamment les grandes entreprises marocaines dans leur développement. Mobilia correspondait à ce profil, puisque le spécialiste de l’ameublement souhaite conquérir de nouveaux marchés, surtout au Maghreb et en Afrique de l’Ouest, selon un communiqué de Bmce Bank. «Une réflexion conjointe a amené à la création d’un holding qui devait reprendre la totalité des actions de Mobilia, en rachetant les parts des actionnaires passifs», indique Salma Tazi, directrice développement et synergies à Bmce Bank. La participation du fondateur de Mobilia en a été renforcée, tout en lui permettant d’avoir un interlocuteur stratégique et financier. Quant aux actionnaires sortants, ils étaient composés principalement de la famille de Mohamed Idrissi, qui avait aidé ce dernier lors du lancement du projet. «Dès lors que l’entreprise avait pris son envol, et se préparait à des développements futurs, il paraissait normal que la famille passe la main à un actionnariat plus à même d’accompagner le nouvel élan de Mobilia», ajoute Salma Tazi. Le LBO a bénéficié d’un montage bien ficelé. Il aura permis à l’ensemble des intervenants du projet de tirer profit de la stratégie d’acquisition, qui a été mise en place tout au long de ces dernières années. Le tour de table de Mobilia a été institutionnalisé, via l’entrée du fonds Capital North Africa Venture (CNAV) dans l’actionnariat. Pour rappel, le fonds CNAV est particulièrement dédié à des opérations minoritaires et des investissements majoritaires dans le cadre de rachat d’actions, effectuées sous forme de LBO. La capacité d’investissement de Capital Invest est de 1 milliard de DH. Elle est représentée par le fonds CNAV ainsi que par Capital Morocco, un autre fonds dédié à des prises de participation minoritaires dans des sociétés à fort potentiel de développement.


Les investisseurs frileux?

Le capital développement continue de représenter 80 à 75% du capital investissement, alors que le capital risque affiche à peine les 10% (cf. www.leconomiste.com). Les investisseurs marocains préfèrent miser sur les entreprises possédant des assises solides. Quant aux institutionnels, ils ne s’intéressent pas vraiment au capital investissement tant que les fonds qu’ils y détiennent ne sont pas admis comme fonds de couverture.A. B.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc