×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 203.440 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 254.995 articles (chiffres relevés le 29/5 sur google analytics)
Politique

Une nouvelle page des années de plomb

Par L'Economiste | Edition N°:2126 Le 10/10/2005 | Partager

. 50 corps de victimes découverts dans le SudL’INSTANCE Equité et Réconciliation (IER) qui vient d’organiser un forum national sur la réparation, franchit une nouvelle étape dans sa quête pour l’établissement de la vérité sur les années de plomb. Après les auditions organisées à travers le Royaume et le processus d’indemnisation des victimes, l’IER se penche aujourd’hui sur le dossier des disparus. Elle vient de publier les noms des 50 victimes de «la disparition forcée». Leurs tombes ont été découvertes dans le sud du pays après plusieurs mois d’investigations et nombreuses visites sur les lieux. «Il s’agit de tombes dans des cimetières publics, mais les victimes ont été enterrées en secret dans des zones un peu à l’écart», précise l’IER. Les victimes sont décédées dans les années 70, 80 et au début des années 90 dans les centres de détention «non officiels» de Tagounit, Agdz et Kalaât Mgouna (sud-est), indique un communiqué de l’IER. Les dates de décès ont été déterminées après consultation des archives centrales ou régionales ainsi que sur des témoignages que l’IER a pu recueillir. Des membres de l’IER ont été chargés de rendre visite aux familles concernées pour les informer des résultats des investigations. Ces dernières auront «la possibilité de se rendre sur les lieux d’inhumation quand elles le désirent», souligne l’IER. Le Maroc comptait de nombreux centres secrets de détention et de torture où les opposants politiques passaient des années, parfois plus d’une décennie sans procès.K. E. H.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc