×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Dossiers

    Une mini-révolution dans l'électrification rurale, le système du biphasé

    Par L'Economiste | Edition N°:465 Le 17/03/1999 | Partager

    · Un mode d'électrification moins cher

    · Bouygues conquis par le système

    · Prochaine destination, Taounate avec 80 villages


    Electrification en masse et à moindre coût, deux défis que compte bien relever l'ONE. A côté du Programme d'Electrification Rurale Global (PERG), l'Office développe d'autres expériences pour électrifier le monde rural à moindre coût. C'est ainsi qu'il a lancé une expérience-pilote dans les Communes Rurales de Drabna et Boufaid relevant de la Préfecture de Hay Hassani-Aïn Chock à Casablanca en introduisant le système du biphasé: Au lieu d'avoir trois fils sur les pylônes électriques, il n'y en a que deux. Il n'empêche que le consommateur dispose d'une électricité d'une puissance suffisante et l'ONE gagne sur les coûts et en fait profiter l'abonné. La suppression de ce troisième fil permet d'économiser jusqu'à 25% sur le coût de l'installation. Elle ne nécessite qu'une technique allégée et par conséquent moins chère à la collectivité nationale. «Le poids des fils qui sont classiquement de plus d'une tonne passe à 750 kg, permettant ainsi d'avoir des pylônes moins coûteux», précise M. Abdelrhani Baakil, directeur de la Distribution à l'ONE. Cependant, ce système étant limité en puissance, il ne peut être utilisé que si le nombre de foyers électrifiés est faible et s'adapte donc à l'électrification rurale. Il offre les mêmes avantages que le système triphasé classique et permet l'alimentation des habitations, de l'éclairage public, des forces motrices à puissance réduite et les stations de pompage qui servent à l'irrigation ou à l'eau potable. «Avec plusieurs transformateurs, on peut alimenter une ville comme Essaouira», indique M. Baakil.

    Export du savoir-faire


    L'ONE prévoit après cette expérience de trois ans de généraliser le système. La découverte du biphasé constitue une véritable petite révolution dans le secteur. «D'ailleurs, lorsque Bouygues a découvert ce système, il s'est empressé de l'adopter», explique, non sans fierté, M. Baakil. Exceptionnellement, le savoir-faire marocain est «exporté». Tout le mérite revient à l'ONE qui a su créer le transformateur avec lequel la transition a pu s'opérer. Cette expérience-pilote, initiée en 1996, a permis de constater l'amélioration de la qualité de vie des bénéficiaires (117 en tout pour les deux villages) qui ont été desservis à un niveau de qualité tout à fait comparable à celui offert en système de distribution triphasé, est-il souligné. Le coût de l'opération, câbles et pylônes compris, est estimé à 127.745 DH HT pour le village de Drabna et 148.960 pour celui de Boufaid.
    La prochaine destination, c'est Taounate où 80 villages accéderont enfin à la lumière.

    Radia LAHLOU

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc