×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    International

    Une Marocaine parmi les victimes du crash de Charm el-Cheikh

    Par L'Economiste | Edition N°:1676 Le 05/01/2004 | Partager

    . SM le Roi Mohammed VI a adressé un message de condoléances à Chirac et Moubarak . Un avion de patrouille maritime français devait être acheminé sur placeUne réunion interministérielle s'est tenue à Paris pour décider des moyens à mettre en oeuvre par la France pour «faciliter les recherches» à la suite de la catastrophe aérienne de Charm el-Cheikh. Un avion charter égyptien transportant 148 personnes s'est écrasé samedi en mer rouge quelques instants après son décollage de l'aéroport de Charm el-Cheikh. L'appareil devait faire escale au Caire avant de gagner Paris. 135 personnes ont trouvé la mort dans ce crash dont 133 Français, une Marocaine et une Japonaise. Quant aux membres de l'équipage (13 personnes), ils étaient tous égyptiens. Seuls les restes des corps de soixante-trois personnes des 148 victimes, ont été récupérés, mais aucune dépouille complète n'a été repêchée. Suite à cet accident tragique, SM le Roi Mohammed VI a adressé aux présidents français Jacques Chirac et égyptien Mohamed Hosni Moubarak, un message de condoléances.Pour l'heure, les causes de l'accident ne sont pas connues. Des plongeurs et des spécialistes égyptiens procèdent aux recherches. Dimanche matin, un avion de patrouille maritime français devait être acheminé sur place ainsi qu'un robot spécialisé dans les recherches sous-marines. Ce dernier dispose de moyens perfectionnés. Des agents du bureau français chargés des enquêtes sur les accidents dans l'aviation civile ont également été dépêchés sur place. Le groupe Boeing enverra également un expert pour enquêter. Selon le groupe, l'avion avait été livré en octobre 1992 à Flash Airlines et il cumulait 17.973 heures de vols.Pour sa part, le secrétaire d'Etat français Renaud Muselier s'est rendu dimanche à l'hôpital de Charm el-Cheikh pour y constater l'état des restes des quelques corps retrouvés après la catastrophe. Synthèse L'Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc