×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Une lettre de M. Basri: C'est la liberté créée sous le règne de feu SM Hassan II qui permet à Yassine de s'exprimer

Par L'Economiste | Edition N°:716 Le 02/03/2000 | Partager

M. Driss Basri prend la défense de l'héritage de feu SM Hassan II en faisant remarquer que c'est grâce à la liberté créée sous son règne que M. Yassine peut aujourd'hui s'exprimer. Voici la lettre que l'ancien ministre de l'Intérieur a adressée au journal Le Monde et que nous reproduisons avec l'autorisation de l'auteur.

Vous avez donné une large place aux déclarations d'Abdeslam Yassine. Les propos que vous reproduisez constituent à l'égard de notre régime monarchique, à l'encontre de Sa Majesté Hassan II -que Dieu ait son âme- et à l'adresse de tous ceux qui L'ont servi et qui servent aujourd'hui Sa Majesté le Roi Mohammed VI, une accusation inacceptable et -ce dont M. Yassine ne s'est pas avisé- totalement paradoxale.
Inacceptable tout d'abord; qualifier l'ancien ministre de l'Intérieur de "ministre de tous les crimes" est une affirmation dépourvue de tout fondement, une affirmation dans le droit fil de ce qu'un ministre de l'actuel gouvernement (...) qualifiait récemment de "lynchage médiatique". Quant à être "le préposé aux basses uvres de feu Hassan II", le monde entier est justement témoin de la grandeur de l'oeuvre de notre Souverain défunt que j'ai eu l'insigne honneur, avec beaucoup d'autres, de servir, et de servir à travers Lui l'institution monarchique qu'il a pérennisée. Ces accusations sont d'autant plus faciles à proférer que Sa Majesté Hassan II n'est plus là pour confondre le (ou les) responsable(s) d'une telle impudence. Mais si Sa Majesté Hassan II n'est plus ici, Son digne successeur, Sa Majesté le Roi Mohammed VI, Commandeur des croyants et Garant de l'unité nationale, veille sur les fondements essentiels de l'héritage universel reçu. Sa Majesté Hassan II disparu, 1'oeuvre qu'll a édifiée pour les Marocains, y compris M. Yassine, est devant nous, et elle peut elle aussi témoigner.
Alors que le pouvoir était l'objet de toutes les convoitises, y compris de la part de ceux qui rêvaient d'en user pour leur seul profit, personnel ou partisan, Sa Majesté Hassan II, déjouant toutes les embûches tant intérieures qu'extérieures, surmontant les difficultés de toutes sortes accumulées devant lui, a réussi à édifier vaille que vaille un régime où le pluralisme, reflet de notre société, et la confrontation pacifique des opinions sont aujourd'hui unanimement admis comme fondement de la vie politique marocaine. Mais l'accusation est également paradoxale; car en effet, dans quel pays, sinon un pays de liberté, peut-on, et cela depuis plus d'une décennie, proférer à l'encontre de la politique de Sa Majesté le Roi, Commandeur des croyants, des ministres de son gouvernement et de tous les acteurs politiques et sociaux du pays, des accusations aussi ignominieuses qu'infondées?
N'est-ce pas d'ailleurs grâce à ce pays de liberté que M. Yassine peut continuer, malgré l'assignation à résidence dont il entretient médiatiquement et excessivement le mythe, à recevoir, à se réunir avec des membres ou des sympathisants de son association Jamaat Al Adl Oua Al Ihssan JAOI), à diffuser des propos désobligeants à l'encontre de nos Institutions Sacrées et de ceux qui les servent, quel que soit leur rang. (...). Il n'y a assurément aucune gloire de dispenser des conseils et de prescrire des modes d'emploi irrévérencieux à l'égard de notre Souverain, alors que l'lslam recommande aux croyants "d'obéir à Dieu, au Prophète et à ceux qui ont la charge des affaires de la communauté".
Mais quels que soient les auteurs de calomnies, (...) il est établi que tout cet exercice ne trompe plus personne, ne compensera pas l'inanité des affirmations de leurs auteurs ni la vacuité de leur pensée.
Plutôt que de ratiociner, comme il le fait depuis plus de dix ans, M. Yassine ferait mieux de rendre grâce à Celui qui permet à son association de mener librement son activité et, à lui, de s'exprimer dans le Maroc d'aujourd'hui. Il ferait mieux aussi de prendre une part plus constructive au renforcement de la paix sociale, de l'unité nationale et de l'intégrité territoriale, sous l'égide de Sa Majesté Mohammed VI -que Dieu l'assiste-.


Driss Basri,
Professeur à l'Université Mohammed-V, Rabat

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc