×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Enquête

    Une équipe marocaine identifie un gène responsable de la maladie de Charcot-Marie et Tooth

    Par L'Economiste | Edition N°:591 Le 09/09/1999 | Partager

    · Le service de neurologie de l'Hôpital des Spécialités à Rabat à l'origine de cette découverte

    · Le Prix International de la Fondation de Shoucha de l'OMS décerné à un Marocain


    Le traitement de la maladie de Charcot-Marie et Tooth (CMT) sera peut être disponible dans quelques années. A l'origine de cet optimisme une découverte de taille. Il s'agit de l'un des gènes responsables de cette maladie. C'est l'équipe du Service de Neurologie de l'hôpital des spécialités du CHU de Rabat qui est à l'origine de cette découverte. Les travaux de cette équipe ont été publiés pour la première fois dans la revue américaine spécialisée dans la génétique humaine « American Journal Of Human genetics».
    Toujours en matière de recherche scientifique, le Prix International de la Fondation du Dr Shoucha de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) de 1999 vient d'être décerné au Pr Ali Benomar, neurologue du Service de Neurologie de l'Hôpital des Spécialités de Rabat. Cette décision a été prise par le Bureau Exécutif de la Méditerranée orientale de l'OMS et ce, lors de la tenue de la réunion de son Conseil Scientifique à Genève.
    Aussi, en dépit de budgets limités, des découvertes ont-elles été réalisées par les chercheurs marocains et ce, en collaboration notamment avec l'INSERM. La dernière en date et qui se rapporte à la maladie de Charcot-Marie et Tooth permettra une meilleure connaissance de cette pathologie. Surtout que celle-ci est une maladie dégénérative qui affecte le nerf périphérique et entraîne une paralysie progressive des membres ainsi qu'une déformation des pieds qui confine à la chaise roulante. En fait, cette maladie, qui est également appelée Amyotrophie neurogène, entraîne une diminution du volume en particulier des mollets, des cuisses, des avants-bras et des mains.
    Pour ce qui est des causes de la maladie de CMT, elles restent héréditaires. Elle peut aussi survenir à la suite d'une mutation génétique dans le cas où il n'existe aucun cas connu dans la famille. Aucun traitement curatif n'est disponible à ce jour. Aussi seules des mesures préventives peuvent-elles être prises. Il s'agit notamment de la kinésithérapie qui demeure essentielle pour retarder la survenue de déformations importantes et l'amyotrophie. S'y ajoutent la chirurgie orthopédique et le port d'attelles et de chaussures orthopédiques.


    Les différents types de la CMT


    La différentiation entre les différents types de la maladie de Charcot-Marie et Tooth (CMT) se fait par le mode de transmission et leur localisation génétique. L'âge d'apparition des symptômes de cette maladie est également variable. Pour ce qui est de la CMT de type 1, elle se manifeste le plus souvent dès l'enfance. Elle est responsable de l'atteinte de la gaine de myéline avec diminution des vitesses de conduction motrices. La CMT de type II qui provoque la dégérenescence axonale avec des vitesses de conduction motrice sensiblement normales apparaît surtout chez l'adulte jeune. A signaler que la CMT de types I et II est de transmission dominante. D'autres formes de transmission récessive existe également. Il s'agit notamment de la Djérine-Sottas (type IV) qui débute dès l'enfance et avec une évolution rapide vers l'usage du fauteuil roulant.

    Khadija MASMOUDI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc