×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Une école de boulangerie bientôt à Casablanca

Par L'Economiste | Edition N°:532 Le 18/06/1999 | Partager

· Les minotiers ouvriront prochainement une école de boulangerie à Casablanca à financement franco-marocain
· Elle sera structurée à l'image de l'Ecole de Boulangerie de Paris
· Deux formules de formation proposées


Avis aux amateurs de pâtes et de pétrins, une école de boulangerie ouvrira prochainement ses portes au Maroc. Le projet, entrepris par la Fédération Nationale de la Minoterie (FNM), sera installé au sein de l'IFIM (Institut de la Formation et de l'Industrie Meunière) à Casablanca.
Le président de la FNM, M. Ghali Sebti, a saisi l'occasion de son passage en France pour obtenir l'appui des Céréaliers de France pour mener à bien le projet. Le groupement français apportera donc, outre l'appui technique, une partie des fonds nécessaires au démarrage de l'école. Pour l'heure, l'enveloppe d'investissement globale n'est pas encore connue.
Pour M. Sebti, "le besoin latent de personnel qualifié en boulangerie-pâtisserie est très important, mais la relative désarticulation du secteur de la boulangerie au Maroc rend difficile l'évaluation de ce besoin". L'objectif de la création de l'école, précise le président de la FNM, est donc d'inverser la pyramide d'achat en créant des besoins nouveaux chez les boulangers pour des farines de qualité particulière. L'école de boulangerie marocaine sera calquée sur l'organisation de l'Ecole de Boulangerie de Paris (EBP). Cette dernière est en effet elle-même parrainée par des moulins, en l'occurrence les Grands Moulins de Paris. C'est ceux-ci qui ont été à l'origine de la création de l'école en 1929. Sa directrice, Mme Jocelyne Gantois, devra se rendre prochainement au Maroc pour monter la partie pédagogique. "Ce sera l'occasion pour moi de me rendre compte des besoins en formation et des réalités de la boulangerie-pâtisserie au Maroc", déclare cet ingénieur agronome de formation qui gère les affaires de l'école depuis 1991.
En France, l'EBP assure deux types de formation. Il s'agit d'abord d'une formation initiale pour préparer sous contrat d'apprentissage les examens professionnels (CAP, BEP ou Bac Pro). La seconde formule est une formation continue pour les professionnels afin d'accompagner les mutations du métier.
De plus, l'école offre aussi des stages de préqualification pour des jeunes de formation modeste et des stages d'été courts pour étrangers de formation en boulangerie-pâtisserie "à la française".
La finalité de toutes ses filières, estime la directrice de l'EBP, est de faire de la formation boulangère sur-mesure pour les besoins des entreprises.

Ghassan KHABER

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc