×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Une branche particulière du textile : Parapluies: La contrebande domine le marché

    Par L'Economiste | Edition N°:152 Le 03/11/1994 | Partager

    Le parapluie est un article de fabrication complexe qui n'est pas réalisée au Maroc. Le parapluie élégant vient d'Europe, tandis que "l'article de bataille" est importé de l'Asie du Sud Est à des prix dérisoires. La contrebande fait le reste.

    Le parapluie, ce charmant ou vilain accessoire, n'est pas au Maroc un produit de grande consommation. Pourtant les parapluies, comme les parasols, sont culturellement d'origine orientale et existent depuis les temps les plus reculés. Ils ont pris naissance dans les civilisations chinoise, égyptienne et assyrienne, mais ils y étaient réservés aux princes et aux souverains.

    Sur le marché marocain, c'est un produit décevant à l'étroitesse du débouché s'associe le caractère peu incitatif de l'offre présentée.

    Entre les cannes et les fouets

    Il faut dire que c'est un produit généralement absent des rayons, et même lorsqu'il y en a, le choix n'est pas varié, ce qui n'est pas pour inciter le consommateur.

    En outre, le parapluie est "oublié" par l'industrie marocaine: aucune entreprise au Maroc n'en fabrique. Ce petit abri portatif est importé chaque année (quand il n'y a pas de sécheresse), en faibles quantités: dans l'annuaire statistique de 1993, nombre de parapluies importés se font dans la rubrique "parapluies, cannes et fouets", chiffrée à 2 millions de DH en 1992 comme pour les années 1988, 1990 et 1991, l'année 1989 ayant enregistré 1 million de DH de d'importation de ces articles (le nombre de parapluies ayant sans doute diminué pour cause de sécheresse). ceci n'est qu'une petite partie de ce qui entre réellement au Maroc.

    Il semblerait que seules 3 ou 4 entreprises marocaines importent des montures de parapluies, en tant qu'activité saisonnière et accessoire. Leurs activités principales sont la fabrication de mobilier de jardin, de stores vénitiens et de stores verticaux, ou bien l'importation et la diffusion de montures de parasols, de matériel de camping, etc. "Nous fournissons des parapluies haut de gamme pour adultes (hommes et femmes), aux magasins de prêt-à-porter, d'accessoires, et aux grandes surface. (Makro, Marjane...), précise le PDG d'une de ces sociétés. Nous importons, de France et d'Espagne, des montures et des parapluies finis". Les pays connus pour la fabrication du beau parapluie sont ces 2 pays en plus de l'Italie.

    La structure du parapluie (identique à celle du parasol mais en petites dimensions) se compose d'un mât (ou manche) métallique avec canne ou poignet en bois ou en plastique, de baleines en feuillard qui tendent le tissu, fixées à un axe mobile pouvant être actionné par un crochet de sûreté. Ces tiges métalliques portent le nom de baleines parce que leurs "ancêtres" étaient des fanons de baleines (les anciens utilisaient des fanons de baleine pour tendre le tissu). Ceux-ci ont d'abord été remplacés par des tubes en cuivre, ensuite par des tiges en acier rectangulaire, puis enfin par des demi-tubes en acier brevetés Paragon (nom anglais devenu par la suite Parangon). Les embouts des baleines et du mât peuvent être métalliques, en bois ou en plastique.

    La contrebande règne

    "Les montures importées, aux prix variant entre 600 et 1.500 Pesetas (soit entre 40 et 100DH), sont montées manuellement dans nos ateliers avec des pièces d'étoffes locales, en nylon ou en polyester, que nous coupons dans nos ateliers également. Nous achetons du tissu soit en produit fini, soit que nous imprimons nous mêmes, ou encore que nous sérigraphions avec nos équipements", déclare un dirigeant d'entreprise spécialisée. Selon la demande de la clientèle, elle importe aussi le parapluie fini, en moindre quantité, à des prix compris entre 1.500 et 3.000 Pesetas (soit entre 105 et 220DH). I1 est plus avantageux d'importer la monture, car cela revient moins cher et permet d'utiliser la main-d'oeuvre et le tissu locaux.

    Il ne vient pas à l'idée d'industriels de fabriquer le parapluie au Maroc. "Parce que d 'une part ce produit nécessite un investissement extrêmement élevé, d'autre part il faudrait, pour le rentabiliser, avoir des débouchés très importants à l'export". Le coût de l'investissement d'une usine de parapluies se situerait entre 10 et 15 millions de DH, estime un importateur de parasols.

    Certaines sociétés d'import-export importent et distribuent le parapluie du Sud-Est asiatique: Chine, Corée, Taïwan, Honk-Kong. Ces parapluies en général bas et moyen de gamme, qui comprennent aussi de jolis parapluies pour enfants, sont vendus à très bon marché. Mais plusieurs sociétés ont cessé l'importation du parapluie depuis 2 ou 3 ans.

    En effet, cette importation légale souffre d'une vive concurrence du marché noir. Les contrebandiers ramènent les mêmes parapluies de Sebta et de Mélilia qu'ils revendent à des prix dérisoires: entre 15 et 40DH. Leur avantage? Comme on les oublie toujours quelque part, au moins ils n'auront pas coûté cher.

    Un choix limite de modèles

    Les magasins ne regorgent pas de parapluies. Beaucoup de ceux qui étaient réputés en vendre n'en vendront pas cette année ou bien n'en ont pas encore reçu la commande. Comme si l'automne n'était pas encore là. Dans quelques boutiques on trouve souvent un seul modèle, toujours le même, le Chinois noir, canne plastifiée en trompe-l'oeil, façon bois, épaisse tête de mât métallique. D'allure sobre, il semble aussi être plus robuste que les autres spécimens venant d'Asie du Sud-Est. Vendu à 35 DH il est acheté chez les contrebandiers à 12 DH. Certains magasins pour enfants commercialisent. au prix de 25 DH, de petits parapluies aux couleurs vives, imprimés de personnages de bandes dessinées ou de fleurs. Baleines et mât recouverts d'embouts protecteurs en plastique, canne également en plastique, ces parapluies de marque chinoise se veulent sécuritaires pour l'enfant. Mais la qualité de l'article étant assez moyenne, les embouts peuvent se détacher. Selon un commerçant, les quantités achetées à 15 DH pièce chez les contrebandiers ne dépassent pas le nombre de 60 à 80 par revendeur. Pour les fillettes très élégantes, un parapluie haut de gamme signé Berchet, couleur parme, rose ou vert pistache, et motifs discrets, est en vente chez Loulouch au prix de 150 DH.

    Dans quelques magasins de prêt-à-porter féminins on trouve parfois un ou 2 modèles de parapluies. Un modèle chinois assez élégant, au tissu en nylon blanc imprimé en noir d'un portait de femme, avec une canne en tête de cygne blanc, est vendu au prix de 100 DH. Selon le vendeur, qui en a acheté une cinquantaine cette année, au prix de 70 DH pièce chez un fournisseur ambulant, ces parapluies durent en général le temps d'une saison.

    A Alpha 55, un rayon de parapluies bas et moyen de gamme propose plusieurs modèles de marques asiatiques. Des parapluies unisexes tissu en plastique uni, en différentes couleurs, sont vendus entre 38 et 50 DH. Parmi les parapluies pour enfants, les plus jolis ont un cercle de plastique transparent dont la sérigraphie représente une fillette. Des parapluies noirs pour hommes, 100% nylon, sont vendus à 56 DH pour les cannes en cuir et 35 DH pour les cannes en plastique. Dans les modèles pour femmes, un parapluie au tissu imprimé et bordure froncée avec une jolie canne fine en bois côtoie un parapluie en forme d'ombrelle, au tissu fleuri et qui s'ouvre brusquement, vendu à 35 DH. Le patron de la grande surface, qui faisait un tour d'inspection, avare en informations sur l'article parapluie, se montre même méfiant: "Je sais, vous voulez que je vous donne des tuyaux pour monter une affaire de parapluies".

    B.L.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc