×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Entreprises

    Une association créée pour la maîtrise de l'énergie

    Par L'Economiste | Edition N°:38 Le 16/07/1992 | Partager

    L'Association Marocaine pour la Gestion de l'Energie a été constituée. Elle rassemble tous les secteurs concernés par l'énergie: les grandes industries à travers leurs cadres, mais aussi les pouvoirs-publics et les organismes de formation. Une priorité, la sensibilisation des entreprises et du public.

    HAKILI-HAKAOUA" était un petit personnage de dessin animé, créé pour sensibiliser le public au gaspillage d'énergie. On ne sait pas si sa malice et sa verve populaire ont marqué les esprits au point d'encourager à l'économie d'énergie. Pour sa part, l'Association Marocaine pour la Gestion de l'Energie (AMGE), constituée ces derniers jours, compte bien médiatiser ses actions, celles de ces membres, pour aboutir à ses objectifs: il s'agit de promouvoir l'utilisation rationnelle et optimale de l'énergie. Un langage technique, d'ingénieurs issus des milieux industriels, qui s'adressera à un public de même profil.

    Un gisement

    Car "l'économie d'énergie est un gisement", susceptible d'être exploité, dans les gestes quotidiens du public, dans le bâtiment, dans le processus industriel le plus sophistiqué. Si chaque foyer laisse une lampe de 100 watt, allumée de jour inutilement, on peut calculer aisément le gaspillage, et donc l'économie, à réaliser, grâce à un apprentissage simple, à des réflexes. Ce sont aussi de petits gaspillages au niveau industriel, que la maîtrise de l'énergie peut toucher. "Un ensemble de petites choses dans les grandes entreprises" dit un cadre d'industrie. Une chaudière mal réglés consomme 10 à 20% de plus. Sur les chaudières, les condensats de vapeur pourraient être récupérés pour l'eau chaude.
    Au niveau de l'habitat, le "gisement" économie d'énergie est profond. Dans les nouvelles tours de Casablanca, il réside dans le choix de matériaux. Les vitrages, les façades des grands immeubles sont choisies, pour leur esthétique pour cette maîtrise de l'énergie. Mais ils peuvent être déficients en matière d'isolation thermique ou de lumière. D'où consommation d'énergie supplémentaire.

    Les acteurs

    Les promoteurs de l'Association, devenus membres du bureau, constituent, pour cette variété de problèmes, un aréopage, de spécialistes, universitaires et techniciens, issus de différents organismes, "acteurs" de l'utilisation de l'énergie. Les consommateurs d'abord, les industries lourdes surtout, sont présentes à travers leurs responsables concernés: les cimenteries (CINOUCA, Asmar,...) par exemple dont l'énergie représente 60% des coûts, mais aussi les pétroliers (Samir, Total) et les sucriers (Cosumar). Les entreprises fournissant ou distribuant de l'énergie ou des gaz sont naturellement impliquées (ONE, SMOA, SODIPI...). Des institutions de formations (Faculté, OFPPT; Ecoles d'ingénieurs...) et même le Ministère de l'Energie et des Mines participeront à l'Association.
    La chaîne Pouvoirs-Publics, formateurs, consommateurs est constituée car elle est solidaire. Elle le sera pour les actions à venir, comme elle l'a été pour les actions passées, qui ont servi de "Catalyseurs" à la création de l'AMGE;
    · le Ministère de l'Energie a créé en son sein une équipe d'audit énergétique, que la Communauté Européenne a équipé d'un "bus énergétique";
    · le Ministère de l'Energie a monté avec l'USAID le projet GEM pour l'information et l'audit dans les domaines énergétiques;
    · enfin, l'OFPPT et l'ITA ont créé des sections pour dispenser les enseignements sur le génie thermique et climatique.
    Le Président de l'AMGE, M. Naïm Lahlou (Sococharbo) annonce les objectifs pour la prochaine année 92/93;
    · un grand séminaire sera consacré à la cogénération. Celle-ci consiste à produire, à partir d'une seule source d'énergie (charbon, gaz, fuel) de l'électricité et de la vapeur simultanément. L'entreprise qui met en place une petite centrale peut alors utiliser la vapeur pour alimenter le process et faire tourner un turbo-alternateur. Un procédé d'économie d'énergie géré et "maîtrisé";
    · un autre grand séminaire est projeté sur le gaz. Cette source d'énergie commence à intéresser, surtout dans la perspective du gazoduc Maghreb-Europe. Le propane se développe déjà;
    · une manifestation sur la gestion de l'électricité est également prévue.
    De grandes actions donc pour toucher les entreprises structurées qui emploient des cadres compétents en matière d'énergie déjà sensibles à sa maîtrise. Dans ces entreprises, "le premier pas est fait".

    Incitation par l'exemple

    Ces actions seront complétées par une sensibilisation par l'exemple, à l'usage des PME qu'il faut encore convaincre. Ce sont de véritables programmes de démonstration, d'incitation par l'exemple. Les membres de l'Association sont convaincus que beaucoup d'installations n'ont pas été réalisées après étude d'ingénierie, mais par imitation, mimétisme. Les améliorations de ces installations se feront en conséquence de la même manière: par imitation. D'où la nécessité de médiatiser les expériences des entreprises organisées, d'engager des programmes de démonstration, avec le soutien des pouvoirs publics. L'Association, pour sa part, assumera un rôle d'orientation et de conseil.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc