×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Un nouveau venu sur le marché de la LLD

Par L'Economiste | Edition N°:1743 Le 08/04/2004 | Partager

. Chaâbi Location Longue Durée, fruit d'un partenariat entre la BP et Akwa. La société propose aussi la gestion du fleet managementLE marché de la location longue durée s'est élargi avec l'arrivée d'un nouvel opérateur. Fruit d'un partenariat entre deux grands groupes nationaux, le Groupe Banques Populaires et Akwa, mais aussi un partenaire français, Natexis, la société Chaâbi Location Longue Durée (Chaâbi LLD) a vu le jour récemment. Dotée d'un capital de 20 millions de DH, Chaâbi LLD aura dans son tour de table, en sus des groupes précités, Chaâbi Leasing et le fonds de capital-risque Moussahama. En dehors de deux formules de contrat de LLD qui seront proposées aux clients (fixe et flexible), la société compte également développer les prestations de fleet management (gestion de flotte automobiles pour le compte des entreprises). Les avantages de ces deux produits pour les entreprises sont multiples, lui permettant notamment de disposer en permanence d'une flotte en bon état de fonctionnement. “La gestion d'un parc automobile est non seulement prenante mais coûteuse”, explique un opérateur privé, qui a recours à la LLD. Toutefois, le concept reste peu galvaudé au niveau national. Mais les perspectives de croissance sont grandes, estiment les différents opérateurs de la place. Actuellement, le nombre de véhicules loués en longue durée avoisine les 7.000 au Maroc. Un chiffre qui devrait augmenter dans les prochaines années en raison notamment de l'installation des entreprises spécialisées dans ce secteur. L'ouverture du marché marocain et l'arrivée de multinationales sont autant de perspectives à ne pas rater. Les opérateurs soulignent que même les entreprises nationales y adhèrent facilement. Donc de grandes perspectives pour le Maroc, mais à condition de rectifier l'amalgame opéré au niveau réglementaire. Les opérateurs se plaignent entre autres du fait qu'on assimile leur activité aux locations courte durée (touristiques). “Nous devons faire face aux mêmes contraintes comme les visites techniques tous les six mois, le renouvellement d'autorisation annuelle ou des retards pour l'immatriculation des véhicules”, expliquent-ils. Des négociations sont en cours entre l'Association des loueurs longue durée (Analog) et les autorités publiques pour remédier à cette situation. Un nouveau cahier des charges, portant mention de la distinction entre les deux activités, serait en préparation. Fédoua TOUNASSI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc