×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Un nouveau schéma directeur pour Casablanca

Par L'Economiste | Edition N°:2887 Le 23/10/2008 | Partager

. Modifier l’orientation du développement urbain . Création d’une place financière à Anfa-AéroportCasablanca a un nouveau schéma directeur d’aménagement urbain (SDAU). Il a été présenté avant-hier à SM le Roi Mohammed VI. L’objectif assigné à ce plan de développement urbain est d’améliorer les conditions de vie de la population, d’accroître les perspectives d’expansion et de modernisation de la ville blanche et de préserver son potentiel économique et son rang en tant que grande métropole internationale. Histoire également d’en renforcer l’attractivité tant au niveau touristique qu’à celui bien évident des investissements.Ambitieux, le nouveau SDAU? Il l’est certainement à plusieurs égards. A commencer par les aménagements urbains préconisés dans le but d’améliorer l’offre habitat et répondre aux besoins de la population, tout particulièrement des familles à faible revenu et des classes moyennes. Ainsi, différents pôles seront réalisés dans la périphérie de la métropole, notamment à Lahraouiyne et à Dar Bouazza. Ils seront conçus et aménagés de manière à assurer leur intégration à l’espace urbain et à préserver la cohésion sociale qui constitue l’un des fondements de la société marocaine, indiquent les concepteurs du SDAU.Un autre pôle, non moins important, sera réalisé dans l’espace Anfa-Aéroport. D’une superficie de 400 ha, ce pôle sera dédié en priorité au logement moyen standing avec une réserve foncière de 80 ha qui pourrait abriter une place financière régionale. Les aménagements urbanistiques projetés seront consolidés par la mise en oeuvre d’un dispositif prévoyant la mobilisation de moyens de transport modernes et efficients, soutenus par une organisation optimale de la circulation dans le Grand Casablanca. L’idée est d’amener les populations casablancaises à privilégier le transport en commun et à utiliser le moins possible la voiture personnelle. Mais cela ne pourrait se faire en l’absence justement de moyens de transport en commun dignes des Casablancais. C’est pourquoi, pouvoirs publics et conseils élus ont décidé de doter la métropole d’un réseau de transport moderne, efficace et non polluant. D’ailleurs, une convention portant sur le financement de la réalisation de la première tranche du tramway de Casablanca a été signée mardi entre les parties concernées et porte sur un montant global de 6,4 milliards de DH. L’Etat participera à ce financement à hauteur de 1,2 milliard de DH, la direction générale des collectivités locales (DGCL) contribuera pour un montant de 1,5 milliard de DH, le conseil de la ville et divers partenaires contribueront pour 900 millions de DH alors que le Fonds Hassan II pour le développement économique et social mettra 400 millions de DH. Le reste, soit 2,4 milliards de DH, proviendra de prêts garantis par l’Etat et les collectivités locales.A noter que les travaux pour la réalisation de la première ligne de tramway commenceront avant la fin de l’année prochaine. Elle aura une longueur de 28 km et desservira plusieurs quartiers de Casablanca, transportant 300.000 personnes/jour (cf.www.leconomiste.com).En fait, le nouveau SDAU du Grand Casablanca va «modifier fortement l’orientation du développement urbain qui avait présidé jusqu’ici dans la plus grande ville et capitale économique du Maroc, à travers des choix stratégiques qui vont en changer le visage et la hisser au rang des grandes métropoles mondiales», assure-t-on. Des choix qui ont privilégié «l’organisation de l’armature urbaine régionale par un système polycentrique de pôles périphériques renforcés» autour, non seulement de la capitale économique, mais aussi de la ville de Mohammédia. Ceci en assurant la mobilité par une infrastructure routière hiérarchisée et maillée et un réseau de transport en commun suffisamment calibré.Le SDAU prévoit également «l’ouverture à une large échelle de nouvelles zones urbanisables dans les pôles périphériques. Cette offre foncière est rendue nécessaire par la forte demande sur les parcs d’activités et le logement», indique-t-on. Il est évident, tiennent à rassurer les autorités compétentes, que l’expansion spatiale de Casablanca sera accompagnée d’une expansion des réseaux routier et ferroviaire. Le transfert de la croissance urbaine vers les pôles périphériques permettra parallèlement de mettre à niveau toute la métropole (résorption de l’habitat précaire, amélioration du niveau des équipements et du réseau de transport) dans de meilleures conditions.En outre, le SDAU préconise le remplacement progressif de l’activité industrielle polluante de Casablanca par des activités non nuisantes. Le premier bassin du port sera, ainsi, intégré à la vie urbaine. Les industries lourdes iront dans les pôles périphériques. Toujours dans la perspective de lutter contre la pollution, le SDAU prévoit «la définition d’une trame régionale d’espaces ouverts non urbanisables, constituée du réseau des forêts, des lits d’oued, des espaces côtiers protégés, des espaces agricoles à haut rendement, des zones inondables, des coupures vertes entre industrie et habitat, et des liaisons vertes entre ces différents espaces».Tout cela est bien beau. Mais, de l’avis même de ses concepteurs, le SDAU du Grand Casablanca «ne se réalisera pas du seul fait qu’il serait publié. Seule une action volontaire, et suivie dans le temps, permettra une réalisation satisfaisante de ses objectifs et prescriptions». «Cette action serait de deux ordres: elle porte, d’une part, sur des actions à mener (réalisation d’infrastructures et d’opérations d’urbanisme) et, d’autre part, sur des mesures législatives et réglementaires». Bonjour, la politique…! Jamal Eddine HERRADI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc