×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    eleconomiste

    eleconomiste
    International

    Un nouveau plan de sauvetage de la Fed

    Par L'Economiste | Edition N°:2863 Le 18/09/2008 | Partager

    . Aide de 85 milliards de dollars à l’assureur AIG, menacé de faillite. Soulagement et méfiance des Bourses internationales La nouvelle du plan de sauvetage de l’assureur AIG par la Fed a soulagé la pression sur les marchés financiers ce mercredi 17 septembre. Ce nouveau coup de pouce de la Réserve fédérale est le bienvenu puisqu’il devrait contribuer à la stabilité du système financier mondial. La banque centrale s’est résolue à apporter une aide de 85 milliards de dollars à AIG qui s’apprêtait à déposer son bilan. En échange de son soutien, l’Etat américain recevra 79,9% du capital d’AIG. Les actionnaires actuels se retrouveront réduits à l’issue de cette quasi-nationalisation. L’ensemble des actifs d’AIG, qui se montaient à 1.050 milliards de dollars à la fin juin, seront apportés comme garantie à la banque centrale. Les Bourses d’Asie et d’Europe réagissaient mercredi en ordre dispersé au lendemain de deux jours de crise, partagées entre le soulagement après le sauvetage de l’assureur américain AIG et la crainte d’autres mauvaises surprises en provenance de Wall Street. Les marchés boursiers européens, qui avaient particulièrement souffert lundi et mardi, ont ouvert en hausse mercredi. En Asie, presque toutes les places de la région ont démarré en forte hausse mais certaines ont inversé la tendance, le pessimisme reprenant le dessus.Une éventuelle faillite d’AIG aurait eu des implications pour le système financier mondial encore plus graves que celle de la banque d’affaires américaine Lehman Brothers, qui a déposé son bilan lundi en raison du refus du Trésor de mettre les finances publiques à contribution pour faciliter son rachat par le britannique Barclays. Mais la Fed et le Trésor ont jugé qu’une faillite d’AIG était susceptible de provoquer des défaillances en cascade dans la finance mondiale. «Je ne connais aucune grande banque qui ne soit pas exposée de façon significative à AIG», soulignait le PDG de Bank of America.Autre bonne nouvelle. La banque britannique Barclays passe un accord avec Lehman Brothers qui va lui permettre de devenir pour 1,75 milliard de dollars le numéro 3 de la banque d’investissement aux USA. Barclays, qui a renoncé le week-end dernier à racheter l’ensemble des activités viables de Lehman Brothers, va pouvoir ajouter à sa filiale d’investissement, Barclays Capital, les activités américaines de Lehman, et racheter son siège new-yorkais. Elle va ainsi payer 250 millions de dollars en numéraire pour récupérer des actifs commerciaux de Lehman Brothers de 72 milliards de dollars, assortis de passifs commerciaux de 68 milliards de dollars. Elle récupère aussi dans la transaction la moitié des 20.000 employés de Lehman Brothers dans le monde.


    Qui est AIG

    Le géant mondial de l’assurance, fondé en 1919, opère dans 3 activités: l’assurance, les activités de marché et gestion d’actifs. Le groupe a essuyé des pertes nettes de -7,8 milliards de dollars au 1er trimestre 2008 et 5,3 milliards au 2e trimestre. Sa capitalisation a chuté de 93% en un an. Il compte 116.000 salariés à travers le monde et 74 millions de clients.Jihane Kabbaj

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc