×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Agenda

    Un nouveau fonds américain pour l'Afrique du Nord et le Moyen-Orient

    Par L'Economiste | Edition N°:178 Le 04/05/1995 | Partager

    250 millions de Dollars, tel est le montant du nouveau fonds privé américain garanti par l'Overseas Private Investment-OPIC, a indiqué Christopher Finn, son vice-président, dans une conférence de presse tenue le lundi 28 avril au Centre culturel américain. Le Maroc est, à côté de l'Egypte, la Tunisie, la Jordanie, Gaza et Jericho, le pays qui pourrait bénéficier du "Fonds d'investissement pour le Proche-Orient et l'Afrique du Nord".
    Ce montant servira à alimenter les besoins en capitaux d'entreprises existantes ou à créer. Toutefois, "l'allocation de ce fonds par pays n'a pas encore été établie", a précisé Christopher Finn, "car l'objectif est de motiver ces pays à se concurrencer", a-t-il ajouté.
    "Mitchell Hutchins Institutional Investors", une succursale de la firme américaine Pain Weber, cogèrera le fonds avec des partenaires locaux. Les secteurs qui pourraient être retenus sont: les télécommunications, le tourisme, l'immobilier, les produits de consommation, le pharmaceutique et la technologie de pointe.

    Le fonds pourra commencer à fonctionner au moment où "le taux de capitalisation minimum serait atteint".
    La nature "opportuniste" du fonds a par ailleurs été mise en exergue par le représentant de l'OPIC, qui a rappelé que le critère à retenir par les investisseurs américains serait une profitabilité maximale. Concernant les conditions techniques d'octroi du fonds, il a été rappelé qu'il ne fallait pas confondre les prêts à long terme de l'OPIC avec ce fonds qui intervient principalement sous forme de prises de participation.
    Enfin, s'agissant de l'OPIC, son vice-président a tenu à rappeler que cet organisme public qui opère dans 140 pays a été fondé après la Deuxième Guerre mondiale dans le cadre du plan Marshall. Toutefois, depuis 1971, l'OPIC s'est assigné comme objectif de cibler son aide sur les marchés émergents en garantissant des prêts ou en assurant des investisements.
    Ainsi, à cet effet, 1,7 milliard de Dollars sous forme de prêts commerciaux non subventionnés ont été injectés pour la seule année 1994 dans des joint-ventures en Amérique. Un autre programme serait par ailleurs prévu pour les 3 prochaines années. Il s'agirait d'un projet de rééchelonnement des dettes à long terme, particulièrement dans les pays à risques politiques.

    Mohamed BENABID.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc