×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Un nouveau décret pour le contrôle sanitaire

Par L'Economiste | Edition N°:346 Le 17/09/1998 | Partager

Les vétérinaires-inspecteurs disposeront d'un cadre réglementaire précis. Un projet de décret sur l'inspection sanitaire et qualitative des animaux vivants et des denrées animales vient d'être adopté en Conseil de Gouvernement.


C'est le 8 septembre dernier que le Conseil de Gouvernement a adopté le projet de décret d'application du dahir du 8 octobre 1977. Ce dernier édicte les mesures relatives à l'inspection sanitaire et qualitative des animaux vivants, des denrées animales et d'origine animale. Conformément aux dispositions de ce projet de texte, celui-ci met à la disposition des vétérinaires-inspecteurs chargés du contrôle sanitaire et qualitatif de ces produits un cadre réglementaire précis "leur permettant d'être efficients dans leurs interventions".
Les mesures prévues par le projet de décret, est-il précisé, auront pour objectif "primordial" le renforcement de la protection de la santé publique et de l'environnement, l'incitation à la production et la transformation des denrées animales dans les conditions d'hygiène requises. S'y ajoutent l'organisation des circuits de commercialisation et l'accroissement de la concurrence loyale et marchande.

Ces mesures permettront d'accroître les quantités consommées par personne et par an des produits animaux. Actuellement, la part des protéines d'origine animale dans la ration journalière, est-il indiqué, ne dépasse pas en moyenne 19%, soit 16 grammes (la norme nutritionnelle est estimée à 25%, soit 20 grammes/tête/jour). Ces mesures renforceront également la responsabilisation des professionnels sur la qualité des produits et en filigrane la modernisation des équipements et outils de travail et le recrutement d'une main-d'uvre spécialisée.
Autre conséquence, le renforcement de la crédibilité des services de contrôle nationaux vis-à-vis de leurs homologues étrangers et des organisations internationales. S'y ajoute la promotion des exportations des produits animaux, permettant ainsi aux "professionnels d'honorer leurs engagements vis-à-vis de leurs partenaires étrangers et de rechercher d'autres marchés ou destinations pour les produits marocains".

Etables, abattoirs, wagons


D'emblée, le projet de décret dresse la liste des endroits publics ou privés et leurs annexes devant faire l'objet d'inspection. Il s'agit, pour ce qui est des animaux vivants, des étables, des marchés à bestiaux, des abattoirs et de leurs annexes, des marchés, des véhicules, des wagons, des bateaux et des avions réservés au transport des animaux vivants et les parcs zoologiques. Concernant les denrées animales ou d'origine animale, les endroits sont les établissements de découpe, de condition-nement, de conservation, de traitement et de transformation de denrées animales. Le projet vise aussi les établissements de traitement, de production, de transformation et de conditionnement des denrées animales ou d'origine animale ainsi que les points de vente en gros ou en détail des denrées animales et/ou d'origine animale.

Le projet de décret précise les conditions de l'inspection sanitaire et qualitative des animaux vivants et des denrées animales ainsi que l'estampillage des viandes. Effectué par le vétérinaire-inspecteur ou sous sa responsabilité, celui-ci "se fera à l'aide d'une encre indélébile dont la composition doit être conforme à la réglementation en vigueur sur les additifs alimentaires autorisés" .
Par ailleurs, le projet de décret passe en revue la saisie des denrées animales ou d'origine animale, les conditions d'hygiène applicables aux établissements d'abattage, de préparation de denrées et leur matériel, les conditions d'hygiène concernant les moyens de transport. L'état de santé et l'hygiène du personnel sont également pris en compte.
Figurent enfin en annexe les conditions sanitaires et hygiéniques de conception, d'équipement et d'exploitation auxquelles doivent répondre les endroits où les denrées animales ou d'origine animale sont manipulées, traitées, transformées, conservées ou exposées pour la vente.

Meriem OUDGHIRI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc