×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Un monde fou

    Par L'Economiste | Edition N°:2890 Le 28/10/2008 | Partager

    . Le plus gros homme de la planète s’est marié Le Mexicain Manuel Uribe, considéré en 2007 par le livre Guinness des records comme l’homme le plus gros de la planète, s’est marié civilement dimanche dernier à Monterrey, enfermé à huis clos. Les portes du Club des Lions, établissement luxueux de cette ville du nord-est du Mexique, s’étaient refermées à 17h45 locales (23h45 GMT) sur Manuel, sa fiancée Claudia et les équipes de la télévision américaine Discovery Channel, détentrice des droits exclusifs des images, et de la revue mexicaine TV Notas, qui a acheté le droit d’assister à la cérémonie. Les invités avaient eu le droit d’entrer eux aussi, mais après une fouille soigneuse, pour vérifier que personne n’était porteur de caméra, appareil photo ou téléphone portable. Souffrant d’une «obésité morbide» depuis 1992, cet homme de 43 ans, qui a longtemps été au bord du suicide, a pesé jusqu’à 590 kilos, avant d’en perdre 230 grâce à un régime draconien. . Trop laid pour être embauchéUn père de famille anglais sans emploi au visage abîmé par une sévère maladie de peau affirme être victime de discrimination à l’emploi parce qu’il serait «trop laid». Edward Johnson, 53 ans et père de 2 enfants, a déposé sa candidature pour plus de 80 emplois et s’est inscrit dans de nombreuses agences pour l’emploi depuis son licenciement le mois dernier, sans succès pour le moment. Atteint d’une maladie génétique incurable, la neurofibromatose de type 1, Edward Johnson a des centaines de petites tumeurs sur le visage et le corps. «Une agence a mentionné l’état de ma peau et dit que ses clients ne voudraient pas de ça», raconte cet ancien superviseur en hygiène alimentaire. «Les gens me voient et ont peur d’attraper quelque chose alors que ce n’est pas contagieux».

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc