×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Un monde fou

Par L'Economiste | Edition N°:2763 Le 24/04/2008 | Partager

. Fermé à cause des araignées Un hôpital australien infesté d’araignées venimeuses a dû fermer temporairement ses portes et évacuer ses patients, a rapporté mercredi 23 avril l’agence australienne Associated Press (AAP). Les autorités ont estimé que les myriades d’araignées à dos rouge, proches parentes des fameuses «veuves noires», présentaient un trop grand danger pour les pensionnaires de l’Hôpital Baralaba dans l’Etat du Queensland Les tentatives de l’établissement pour déloger ces arachnides, dont la piqûre est potentiellement fatale, ont échoué. . Un caïman de 3 m dans la cuisineTirée de son sommeil par d’étranges bruits, une femme de 69 ans a découvert un énorme caïman de 3 m de long dans sa cuisine, a indiqué la police du comté de Pinellas (Floride, sud). Sandra Frosti, une résidente de Pinellas, a aussitôt appelé le numéro d’urgence après avoir aperçu la tête de l’alligator, et est sortie de la maison.La police a fait appel aux agents spécialisés du service de protection de la nature et de la vie sauvage qui ont capturé et emmené le reptile. Le caïman a cassé une porte et se serait introduit par une cloison coulissante restée entrouverte. «Il est passé par le salon, la salle à manger et est entré dans la cuisine», a précisé le communiqué.. Taxe sur les cadavresTrente-trois personnes ont été arrêtées à Bari (sud de l’Italie) pour avoir taxé le transport des cadavres d’un impôt mafieux, «le pizzo», de 100 euros par corps. Les personnes arrêtées, des infirmiers de la morgue, des aides-soignants et des employés des pompes funèbres, sont notamment accusées de concussion et corruption. Elles imposaient le paiement d’une somme de 100 euros pour le transfert du corps de la clinique ou des hôpitaux jusqu’au domicile du défunt. L’enquête entamée en 2006 et baptisée «Cher disparu» a également permis d’établir que les personnes arrêtées recevaient de l’argent lorsqu’elles signalaient un cadavre aux entreprises de pompes funèbres faisant partie du réseau.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc