×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Société

    Un monde fou

    Par L'Economiste | Edition N°:2417 Le 07/12/2006 | Partager

    . De la vodka dans le biberon La mère d’un bébé de deux mois, hospitalisé avec un taux d’alcoolémie quatre fois supérieur à la limite légale pour un adulte, a expliqué qu’elle avait confondu eau et vodka, dans un entretien diffusé mardi 5 décembre par une télévision locale du Colorado (USA). «C’était une erreur de bonne foi. Je n’avais aucune idée du fait que la bouteille d’eau contenait de la vodka», a assuré Sarah Smith à la chaîne KKTV de Colorado Springs. Samedi dernier, la petite Kristina avait englouti près de 10 centilitres de cet alcool fort, mélangé à du lait en poudre.Le bébé, qui ne devrait pas avoir de séquelles, a été placé en foyer et la police a ouvert une enquête.. Cartable transparent contre les armes Un programme «cartable transparent» va être mis en oeuvre dans les collèges et lycées de Nuevo Laredo, dans le nord du Mexique, pour contrôler que les adolescents n’entrent pas dans les établissements avec des armes, de la drogue ou des cigarettes. «Comme il est transparent, ce sac à dos nous aidera, nous les enseignants, à surveiller ce qu’ont les enfants. Ce système aidera les parents d’un point de vue économique, car ce sac à dos est bien meilleur marché que n’importe quel autre cartable», a déclaré mardi 5 décembre Angelica Aleman, professeur dans cette ville frontalière des Etats-Unis, où la violence est omniprésente. Nuevo Laredo et ses environs sont le théâtre de règlements de compte entre les cartels de la drogue, qui opèrent dans la région. Les exécutions quasi-quotidiennes de policiers ou de trafiquants ont créé un climat de violence généralisée. . Au lieu du PV, le flic fait chanter du rap Un policier de Tempe dans l’Arizona (USA), qui avait interpellé deux jeunes noirs au volant pour avoir jeté des ordures, leur a fait chanter du rap devant une caméra au lieu de les verbaliser, suscitant les protestations de la communauté noire et les excuses du maire. Le policier, également coproducteur d’une émission de télé-réalité sur les interventions de la police dans la rue, a fait passer la séquence à plusieurs reprises en novembre sur une chaîne câblée locale. «Vous savez combien ça coûte de jeter des ordures par terre? 500 dollars», dit le policier aux deux jeunes mi-figue mi-raisin qui sont sortis de la voiture. «Pas d’amende si tous les deux vous chantez un petit rap sur... sur quoi donc vous pourriez rapper? Sur les ordures! OK?», dit l’officier, qui est blanc, devant son collègue qui le filme. Les deux jeunes s’exécutent en riant: «Yo, ils m’ont arrêté, parce que j’ai jeté des papiers...».

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc