×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    A un mois du SITEC 95 : Cuir: Le point sur les marchés

    Par L'Economiste | Edition N°:159 Le 22/12/1994 | Partager

    A un mois du SITEC 95, les professionnels se préparent pour leur Salon annuel, qualifié de vitrine d'un secteur qui se veut résolument moderne. Basé sur la diversification, le SITEC 95 présentera les nouvelles collections. Le principal créneau de cette industrie, qui a réalisé un chiffre d'affaires de plus de 4 milliards de DH en 1993, reste la chaussure.

    Principalement reconnu pour ses attraits touristiques, le Maroc n'en est pas moins célèbre pour ses articles de cuir et particulièrement pour son industrie de la chaussure. Celle-ci s'appuie sur une véritable tradition cuir que le pays perpétue depuis des siècles. Le poids artisanal pèse, en conséquence, sur l'évolution de l'industrie du cuir en général et de la chaussure en particulier. Les professionnels marocains demeurent conscients de certaines carences notamment en ce qui concerne le stylisme. Selon les organisateurs du SITEC, en dehors de la sous-traitance pour l'industrie européenne, les fabricants marocains de la chaussure intensifient leur production propre et se montrent, en conséquence, extrêmement demandeurs d'aides en matière de création de modèles et de stylisme. "Un marché important pour les spécialistes européens et notamment français", affirment les responsables marocains de la chaussure.

    Si la France demeure encore le principal débouché pour ce secteur, puisqu'il totalise 57,2% des exportations, l'Italie, l'Espagne et le Portugal progressent sensiblement. Il est à signaler que l'Italie, en tant que fournisseur important de matières premières et surtout de composants, s'impose actuellement sur tout le Maghreb et semble, après la Tunisie, s'orienter sensiblement sur le Maroc. En ce qui concerne l'Espagne et le Portugal, la proximité géographique constitue un atout de choix à l'heure où ces deux pays doivent adapter de manière radicale leurs industries aux exigences européennes.

    Moteur du secteur

    Organisé par la Fédération Marocaine des Industries du Cuir (FEDIC), en collaboration avec le CMPE, le SITEC 95 se tiendra du 25 au 27 janvier 1995 à Casablanca. Cette édition bénéficie du renforcement des actions promotionnelles et marketing. Dotée d'un nouveau catalogue "Leather Industry of Morocco", la Fédération a concentré ses efforts sur le contact direct dans les différents salons européens. Le plan promotionnel ne néglige pas non plus les pays du Moyen-Orient, et l'arsenal promotionnel traditionnel fait l'objet d'un suivi rigoureux. Les outils classiques, tels que la banque de données régulièrement actualisée, sont constamment renforcés. S'ajoutent les insertions publicitaires au niveau de différentes revues spécialisées. La promotion interne, quant à elle, englobera des insertions au niveau de la presse écrite, la télévision, le mailing et les affiches.

    Pour les organisateurs, les entreprises marocaines doivent s'adapter aux marchés qui évoluent à une vitesse alarmante. "La mode demeure aujourd'hui le moteur du secteur du cuir", insistent-ils. Les entreprises doivent également prospecter davantage les marchés étrangers. A l'heure actuelle, la tendance est à la délocalisation, et les entreprises étrangères sont à la recherche d'opportunités. Dans ce contexte, les atouts du Maroc sont sa situation géographique, les mesures incitatives aux exportations, les facteurs de production. L'Union Européenne représente aujourd'hui pour le Maroc un marché d'avenir. Actuellement, la consommation annuelle de chaussures au sein de l'UE atteint 1,60 milliard de paires, soit une consommation individuelle de 4,6 paires par an. Cette consommation est en partie couverte par près de 46% d'importations en provenance de pays n'appartenant pas à l'UE. En 1992, celle-ci a produit 1,081 milliard de paires de chaussures et en a exporté 271,4 millions dans des pays n'appartenant pas à l'Union.

    Pour les organisateurs, le terrain de la coopération est propice, et face aux pays asiatiques et ceux de l'Europe de l'Est, le Maroc devra jouer la carte de la qualité, de la rapidité dans les délais de livraison et la production de l'article mode "pour coller le plus possible au goût du consommateur européen".

    Solutions urgentes

    De plus, soulignent-ils, les fabricants marocains ne doivent pas se cantonner uniquement dans le tout cuir. Il s'agit d'un marché qui devient de plus en plus restreint. A cela s'ajoute l'absence de la chaussure femme dont le problème se situe beaucoup plus sur le plan de la création que sur le plan technique. En effet, du point de vue création et mode, la chaussure femme évolue plus vite; il est donc plus difficile et contraignant de se maintenir et de suivre les tendances. "Il s'agit d'un train infernal où il faut se remettre en cause au jour le jour, innover, être à l'écoute des tendances de la mode...". Outre ces différents obstacles, les organisateurs mettent en relief les problèmes de terrains industriels, de financement, de taux d'intérêt élevé... "problèmes auxquels il faut trouver rapidement et d'extrême urgence des solutions".

    Meriem OUDGHIRI

    Chaussure: Les tendances de l'automne/hiver 1995-96

    Chaque saison, la chaussure rencontre la mode pour raconter une histoire chargée d'images. Matières, impressions, toucher, accessoires viennent en grands renforts d'imagination. Pour la saison 1995-96, la chaussure se veut chargée d'émotions.

    La mode chaussure sera cette saison encore plus colorée. Les tendances ne seront pas uniquement basées sur le thème de la nature. Outre le classique couple noir et blanc, les nouvelles combinaisons osent cette année l'argent et l'or.

    Rappelant l'atmosphère poussiéreuse, le marron et le gris sont cette saison en perte de vitesse.
    A l'instar du vêtement et pour lutter contre le froid avec sérénité, des matières rustiques et retravaillées, mélangeant création et tradition, inspirent une mode en harmonie avec le monde. Les matières restent le cuir travaillé sous toutes ses coutures, le daim, le nubbuk, le tout accompagné de satin, mais aussi de toile. Les talons seront évasés et les bouts arrondis.

    Les mocassins représentent la carte souplesse et le classicisme. Ils jouent aussi celle de la classe prudente, dans leur version tranquille en tout cuir souple ou en daim. La fantaisie italienne, qui n'accepte jamais longtemps de rester bridée, se déchaîne cette année dans les modèles en daim pour hommes. Il faudra donc oser les porter rouge, rose fuchsia, bleu dur ou orange vif. On peut les trouver en vernis noir ou en cuir traité façon argent.

    Les bottes, surtout en daim noir, donneront un esprit à la jambe. Montées sur un clip à deux pressions, elles se nichent au creux du genou et peuvent être en noir, bleu vif, jaune moutarde, selon l'humeur du moment.

    D'une simplicité diabolique, le bottillon est classique cette saison, à laçage à deux oeillets et s'enfile comme un gant. La tendance, cette saison, est le cuir fin à robustes petits talons.
    Toujours d'actualité, les derbies en vachette ont une bonne semelle crantée en caoutchouc.
    De leur côté, les tennis prennent de la hauteur: une semelle épaisse et confortable, en croûte velours noire, graphiques avec leurs lacets blancs: des chaussures de pleine ville.

    Entre la charentaise et le chausson chinois, la ballerine revient en force en velours ou en cuir, aussi légère qu'élégante. Les couleurs son cette année le marine, le noir, le rouge et le bordeaux. Enfin, pour le soir, les escarpins seront nubbuk rehaussés de satin. Le cuir mélangera l'or et l'argent en fines brides croisées prenant ou entourant la cheville.

    M.O.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc