×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    «Un modèle de partenariat Sud-Sud»
    Entretien avec Yall Zakaria, DG de SNDE en Mauritanie

    Par L'Economiste | Edition N°:3428 Le 21/12/2010 | Partager

    - L’Economiste: Après la réalisation du grand projet Aftout Essahli, quels sont les grands défis posés à votre société? - Yall Zakaria: Effectivement, le projet d’Aftout Essahli est considéré parmi les grands chantiers structurants dans notre pays. Il va permettre d’approvisionner la population de notre capital en eau potable à partir du fleuve Sénégal, loin de près de 200 km. Les installations d’Aftout Essahli comprennent plusieurs composantes, dont la principale est un château d’eau d’une capacité de 129.000 m3, d’une station de traitement des eaux et d’une station principale de pompage. Donc, notre premier défi est de pérenniser ce projet à travers une gestion efficace et efficiente de notre société. Il faut aussi réfléchir comment améliorer l’accès de nos populations à l’eau potable dans un pays où les ressources d’eau sont rares. - Quel est  le taux de couverture en alimentation en eau dans votre pays? - En Mauritanie,  la préoccupation a été donnée au monde rural en matière d’approvisionnement en eau potable dans l’objectif de lutter contre l’exode de ces populations vers les villes. Donc le taux de couverture dans le monde rural est de 40% contre 30% en milieu urbain. Cela va nécessiter la réalisation en urgence d’autres projets pour améliorer ces taux.Notre pays déploie tous les efforts pour être au rendez-vous des Objectifs du millénaire en 2015 y compris ceux concernant l’amélioration d’accès des populations à l’eau potable et aux réseaux d’assainissement. - Qu’attendez-vous de ce projet de partenariat sur le renforcement des capacités de votre société? - Outre l’aspect financier, on vise également à travers ce projet le renforcement des capacités de nos ressources humaines pour leur permettre d’assurer une gestion performante du secteur. «Une partie de nos partenaires disposent de centres qui peuvent contribuer à la formation de nos cadres comme cela se fait avec l’Onep». Sur ce volet, je tiens à signaler que ce dernier est un partenaire exemplaire dans l’accompagnement de notre société. Plusieurs conventions de coopération ont été signées avec l’Office. La dernière date de janvier 2010 et porte sur une opération de jumelage entre l’Onep et la SNDE pour marquer la confirmation de la volonté des deux parties de renforcer leur partenariat et poursuivre le projet de renforcement des capacités de la SNDE. Avant même la fin de l’année, un diagnostic et un plan d’actions sont déjà prêts pour les présenter à nos partenaires à Rabat. Ce travail remarquable a été supervisé par l’Onep.Propos recueillis par N. E. A.   

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc