×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Economie

    Un million de cartables
    L’opération cafouille

    Par L'Economiste | Edition N°:2865 Le 22/09/2008 | Partager

    . Manque de manuels, qualité inexistante.... Un sit-in de parents d’élèves à Tétouan. Plusieurs écoles éligibles non recenséesGâchis. C’est le sentiment qui prévaut autour de l’opération «Un million de cartables». Opération dont l’objectif - noble- est de soulager les familles démunies des dépenses liées à la rentrée scolarité. Et de lutter contre la déperdition qui concerne plus de 400.000 élèves par an. Seulement, depuis le lancement officiel de l’opération, on relève de nombreux dysfonctionnements. Le sujet fait d’ailleurs les choux gras de la presse nationale. Pour de nombreux observateurs, l’opération a été «mal ficelée». C’est certainement le cas au constat des nombreux couacs enregistrés lors de la distribution des précieux cartables. Une distribution évidemment bâclée. En effet, un grand cafouillage a caractérisé le volet opérationnel et logistique de cette belle initiative. «Nous avons, certes, reçu un cartable, mais il manque des manuels», témoigne la mère d’une fillette de 8 ans. «Je n’ai pas eu le coran et le livre de français», renchérit l’élève, inscrite en 3e année à l’école Oued Makhazine, dans l’ancienne médina. Pour la seule capitale économique, les exemples de ce genre sont légion. Des élèves d’Al Kindy (ancienne médina), d’écoles de Derb Soltane et des Habous sont formels: plusieurs ouvrages et fournitures scolaires font défaut. «On nous a promis de nous les donner ultérieurement, mais quand?», demande un élève de l’école Badr à Hay Hassani. Les parents devront par conséquent les acheter. Une dépense dont ils se seraient bien passés surtout en cette période de Ramadan. Plus grave encore, au-delà de la «légèreté des cartables», la qualité des fournitures est aussi décriée. Apparemment, les partenaires ont opté pour le bas de gamme «made in China». Entre les échantillons du départ et le produit final, il n’ y a visiblement pas photo! Autres mécontents, les grossistes en fournitures scolaires qui se plaignent du manque à gagner. L’opération a perturbé le marché et ceux qui attendaient la rentrée scolaire pour faire de bonnes recettes grincent des dents. Par ailleurs, des parents d’élèves pointent du doigt les critères d’attribution et une «défaillance au niveau du recensement». Une situation qui a fait réagir des parents d’élèves dans la région de Tétouan. En effet, quelque 2.000 personnes ont tenu un sit-in, cette semaine, pour protester contre les «critères d’éligibilité». De fait, dans un même quartier considéré comme défavorisé, certaines écoles ont bénéficié de l’opération, d’autres non. Le constat concerne toutes les provinces du Royaume et les «inégalités» sont encore plus flagrantes dans les zones reculées. «Ceux qui n’ont pas été recensés n’ont pas eu droit au cartable», explique une institutrice de Dar Bouazza. La distribution s’est faite, rappelons-le, sur la base de la carte de la pauvreté, telle que définie par le Haut commissariat au plan (HCP). Plus précisément, seules les zones répertoriées INDH ont été ciblées. Ainsi, 6.000 écoles ont été retenues dans 264 quartiers urbains et 400 communes rurales. A Casablanca, 199.000 élèves doivent en principe bénéficier de l’opération. Mais pour les familles, les démunis vivent partout au Maroc et «pas seulement dans les zones INDH». De l’avis d’un enseignant, une enquête préalable aurait été nécessaire pour déterminer la situation réelle des familles. En clair, il ne fallait pas tenir compte uniquement du critère géographique de zoning. La pauvreté existe même dans les quartiers aisés!


    Evaluation

    Pour mieux ajuster et recadrer les prochaines opérations de cartables (ndlr: initiative programmée sur 4 ans), une commission d’évaluation composée de toutes les délégations de l’enseignement, devrait plancher sur le degré d’efficacité d’une telle initiative, son impact, ses dysfonctionnements....L’enjeu est de mesurer l’impact sur la lutte contre la déperdition scolaire. A. Bo. & A. R.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc