×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Politique Internationale

    Un milliard de DH généré par les tournages en 96/97

    Par L'Economiste | Edition N°:421 Le 13/01/1999 | Partager

    Quelque 3.000 techniciens, 1.000 interprètes et 65.000 figurants ont participé entre 1996/97 aux 803 tournages qui ont eu lieu au Maroc. Le budget investi s'est élevé à environ 1 milliard de DH.

    C'est après avoir réglé le problème des autorisations de l'utilisation des armes factices en 1995 que le véritable potentiel du tournage étranger commence à se profiler à l'horizon. Les responsables du Centre Cinématographique National (CCM) affichent en tout cas leur satisfaction.
    «Pour la période 1996/97, nous avons enregistré une hausse sensible des productions étrangères tant au niveau de la création d'emplois qu'au niveau des sommes injectées dans l'économie nationale».
    A l'origine de ce résultat positif, «la contribution et le soutien de plusieurs départements qui ont permis d'assouplir les procédures administratives et d'affiner les structures d'accueil au profit des producteurs de films», soulignent les responsables du CCM.
    Figurent ainsi la simplification de la procédure d'importation des armes factices, l'exonération de la TVA de tous les biens et services acquis au Maroc, une tarification «symbolique» pour le tournage de films dans les sites et monuments historiques. S'y ajoutent la réduction de 50 à 2,5% des droits et taxes douaniers sur le matériel cinématographique importé, l'assistance des Forces Armées Royales, de la Gendarmerie Royale, de la Sûreté Nationale, des Forces Auxiliaires et de la Protection Civile. En outre, ajoutent les responsables, l'expérience professionnelle acquise par les techniciens et artistes marocains, au contact de ces productions, a grandement contribué aux derniers succès enregistrés par les films marocains.
    Ainsi, pour les besoins des 803 tournages étrangers et nationaux, pour la période 1996/97, près de 1,03 milliard de DH ont été investis. Sur ce volume, environ 70% sont des réalisations étrangères, soit 566 tournages. La part totale investie pour ces tournages étrangers s'est élevée à 100.855.261 Dollars (l'équivalent de 9,5 millions de DH). Au total, ce sont 3.092 techniciens marocains, 1.040 interprètes marocains et 65.506 figurants marocains qui ont été mobilisés pour les besoins des 803 tournages.
    Les reportages étrangers se placent sur la première marche du podium, représentant 46,5% du total (374).
    Ils sont suivis par les courts-métrages étrangers avec un nombre de 119 (15% du total). Les spots nationaux s'adjugent la troisième place (87) avec un budget de 17,4 millions de DH.
    A l'actif des productions nationales, figurent notamment 9 longs métrages pour le cinéma et 18 pour la vidéo. Viennent s'ajouter 61 courts métrages et dans lesquels ont participé 415 techniciens, 229 interprètes et 715 figurants. Le budget investi est de l'ordre de 8,9 millions de DH. Un peu moins nombreux, les clips nationaux (25) ont mobilisé 75 techniciens, 25 interprètes et 112 figurants marocains pour un budget de 1,5 million de DH.

    Meriem OUDGHIRI & Hassan Bouchachia

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc