×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Un méga-plan d'informatisation du Fondamental

    Par L'Economiste | Edition N°:645 Le 24/11/1999 | Partager



    · Un programme de 400 millions de DH étalé sur huit ans
    · La première phase concerne 600 établissements pour l'année 1999-2000



    Le mammouth se remue pour rattraper son retard pour l'intégration des technologies de l'information (TI) dans le cycle fondamental. Le Ministère de l'Education Nationale (MEN) vient de finaliser un programme pluriannuel pour la généralisation de l'équipement et la formation aux technologies de l'information sur 20.000 établissements scolaires et de formation.
    Baptisé "Plan 2008: une classe, un multimédia et Internet", le projet s'étend sur huit ans avec un coût global de 400 millions de DH. L'ambition de l'Education Nationale est "de faire bénéficier les enfants scolarisés et le personnel enseignant et administratif des opportunités des nouvelles technologies de l'information et de la communication et de mettre les potentialités du multimédia au service de l'enseignement et de la formation", peut-on lire dans le document de présentation du projet.

    Les griefs des professionnels


    Ce plan dit "de renouveau pédagogique" se fixe l'objectif de rompre l'isolement du corps enseignant à travers la mise en place d'une base d'échanges à destination de la communauté éducative et étendre la sphère des bénéficiaires des programmes de formation continue.
    Ce sont 20.000 établissements qui font partie de ce programme. Ils vont être équipés de plus de 34.800 ordinateurs et 18.000 imprimantes. L'investissement dans l'infrastructure informatique est de l'ordre de 378 millions de DH. L'aménagement bureautique et le budget de fonctionnement sont estimés à 41 millions de DH. Le postulat qui guide ce projet est que "la recherche et l'expérimentation pédagogiques ont montré que l'éveil informatique pourra être envisagé dès le cycle fondamental".
    D'ici 2008, le Ministère projette connecter tous les établissements scolaires, leur attribuer des adresses Internet et développer un site Web fédérateur.
    Premier pas concret dans la mise en oeuvre de ce chantier, le lancement par le MEN d'un appel d'offres pour l'équipement de 600 établissements en priorité, ceux dotés en électricité et en téléphone au titre de l'année scolaire 1999-2000. L'appel d'offres, dont l'adjudicataire sera connu d'ici le 20 décembre, comprend un lot unique comportant onze articles. L'offre précise que le soumissionnaire doit intégrer dans sa proposition les prix de fournitures, livraison et installation de matériel informatique sur une période de deux mois après l'annonce du résultat. Il s'agit principalement de la fourniture de 2.500 ordinateurs, 600 onduleurs, le matériel nécessaire pour l'équipement de 600 salles en hub de 16 ports et modems, 600 imprimantes et l'acquisition de logiciels avec leurs licences.
    Plusieurs professionnels estiment que le Ministère a lancé un appel d'offres ''précipité" sans pour autant avoir une visibilité claire sur l'intégration des TI. "Ni le programme qui sera dispensé sur ce nouvel matériel, ni les formateurs ne sont encore disponibles ", regrette un formateur en TI.
    La couverture prévue par le plan de généralisation des NTIC dans les écoles pèche également par sa non-conformité aux normes internationales retenues pour la formation multimédia. Selon la première tranche du plan, chaque école sera dotée de cinq ordinateurs. Supposons que la moyenne des effectifs par établissement est de 1.000 élèves. Pour bénéficier des 30 heures dédiées à l'informatique selon ce projet, il faut 33 élèves pour 5 ordinateurs, c'est-à-dire 6 personnes par poste. Or, la norme c'est une machine par deux élèves. Selon le schéma conçu par le MEN, au mieux ce programme ne bénéficiera qu'à 300 élèves par école.
    Autre grief: la centralisation de l'appel d'offres pour l'acquisition du matériel. Vu l'étendue du réseau du Ministère, certains observateurs suggèrent de confier aux académies le pouvoir de conclure directement les marchés. Le fondement de cet argument est le fait que les contrats liés à l'informatique nécessitent une proximité surtout pour les contrats de maintenance.
    A rappeler que ce plan n'intègre pas les nouveaux établissements, écoles et collèges. Ces derniers seront équipés dès leur création en matériel informatique et pédagogique à l'instar de l'investissement dans le mobilier et le didactique.


    Rachi JANKARI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc