×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1235 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1235 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1245 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1249 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Affaires

Un Master plan formation pour l’agroalimentaire

Par L'Economiste | Edition N°:3375 Le 04/10/2010 | Partager

. 24.000 nouveaux emplois directs à l’horizon 2015Pour accompagner le plan national d’emergence industrielle, le ministère de l’industrie et du commerce prépare un Master de formation spécifique aux métiers de l’agroalimentaire, notamment boissons, chocolaterie, et biscuiterie. Les perspectives de croissance semblent prometteuses pour ce marché. Du coup, le gouvernement tente d’accompagner la dynamique, notamment dans le volet formation. La filière agroalimentaire pèse 35% du PIB industriel. De plus, plusieurs enseignes ont contribué à renforcer la renommée du produit marocain: Bimo, Aiguebelle, Gaumar, Citruma (jus Marrakech)…Le secteur agro-industriel produit plus de 76 milliards de dirhams, soit 28% de la production des industries de transformation, et réalise un chiffre d’affaires à l’export de près de 12 milliards de dirhams, soit 16% des exportations industrielles.La branche biscuiterie, chocolaterie et confiserie a beaucoup souffert depuis quelques années d’une concurrence agressive des produits importés. En 2007, le marché avait d’ailleurs formulé plusieurs propositions pour contrecarrer le phénomène et notamment pour atténuer l’offensive des produits émiraties et turcs, de plus en plus présents dans les rayonnages marocains. Reste que les opérateurs marocains étaient convaincus que la remise en selle supposait également des efforts en innovation, marketing et procédés.Aujourd’hui, ce secteur s’attend à la création de 24.000 nouveaux emplois directs à l’horizon 2015, dont 8.000 dans les filières intermédiaires (boissons, chocolaterie/ confiserie, biscuiterie).Dans cette perspective, le Maroc veut profiter des expériences internationales dans le domaine de la formation aux métiers de l’Agroalimentaire. Un benchmark des meilleures pratiques sera mené, spécifiquement sur la France et le Canada, pour leurs notoriétés internationales en matière de formation professionnelle. Des cycles de formation seront introduits, ainsi qu’une ingénierie de formation. Pour adapter l’offre à la demande, des mesures seront entreprises par les acteurs publics et privés du domaine.Les analyses de cette étude doivent permettre d’élaborer le plan de formation à l’horizon 2015, pour la création d’emplois dans les filières intermédiaires. Ce plan devra comporter l’évolution de la demande en compétences, l’analyse de l’offre de formation nécessaire pour répondre aux exigences du marché, les nouveaux projets d’investissement à réaliser par les opérateurs publics et privés, et l’élaboration d’une carte de formation par région.F. Z. K.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc