×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 173.579 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 213.013 articles (chiffres relevés le 31/5 sur google analytics)
Economie

Un marocain à l'Académie diplomatique de Vienne

Par L'Economiste | Edition N°:1079 Le 13/08/2001 | Partager

. Sélectionné parmi 20 candidats, Saâd Benabdellah sera le premier marocain à y être admis Rien ne prédestinait ce jeune casablancais à un parcours aussi atypique. Après des études au lycée Moulay Idriss à Casablanca, Saâd Benabdellah se retrouve à côtoyer les chefs d'Etats et ambassadeurs au siège des Nations Unies. Son baccalauréat sciences expérimentales en poche, il part pour Londres en 1993. Et ce qui était prévu, initialement, comme un séjour de perfectionnement de langue, le mènera vers d'autres cieux et lui ouvrira de nouveaux horizons. New Jersey sera sa deuxième destination. En 1999, il y décroche son bachelor en sciences politiques (4 années d'études après le bac) à Montclair State University.Aujourd'hui, âgé de 28 ans, Saâd Benabdellah est le premier marocain a être admis à l'Académie des diplomates de Vienne en Autriche. Sélectionné parmi une vingtaine de candidats, il s'agira pour lui de préparer, pendant une année, son “Master of Advanced International Studies”. Par la suite, il disposera de 2 à 3 années pour préparer son doctorat. Ce dernier diplôme lui offrira, par la suite, le choix entre une carrière tournée soit vers la diplomatie politique soit vers le commerce international. Mais, son premier pas dans la diplomatie, il l'a déjà entamé en intégrant, en septembre 1999, l'Ecole de diplomatie et de relations internationales de Seton Hall à New Jersey, Université privée créée en 1856 en partenariat avec les Nations Unies. Au sein de cette école où les études se font en “formation alternée” (les cours le soir et des stages pratiques le jour), il prépare deux masters au cours de la même année. Le premier, portera sur la diplomatie et les relations internationales et sera couronné par la présentation d'une thèse sur le Maroc face aux défis de la globalisation. Le second s'articulera autour du commerce international. Pour son stage, Saâd Benabdellah intègre le bureau de communication du porte-parole de Kofi Annan, secrétaire général des Nations Unies. Il y restera deux ans, jusqu'au 24 avril 2001. Durant cette période, il apprendra à mener des briefing sur les Assemblées Générales et l'organisation de séminaires. Sa mission consistera, en plus, à “accompagner” les chefs d'Etats et ambassadeurs lors de missions effectuées aux Nations Unies. De retour au Maroc, depuis un mois, Saâd n'a pas encore tranché quant à la suite qu'il compte donner à sa carrière. Il n'en reste pas moins qu'il est très fier du chemin qu'il a parcouru jusqu'à présent. Pour lui, tout le mérite revient à ses parents. De condition modeste, ces derniers, aujourd'hui à la retraite, “ont réussi avec beaucoup de sacrifices et privations à nous garantir des formations de haut niveau”, raconte-t-il. Khadija EL HASSANI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc