×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique

Un laboratoire de maîtrise d’ouvrages pour les élus

Par L'Economiste | Edition N°:2121 Le 03/10/2005 | Partager

. Il financera les projets de partenariat maroco-français . 5 maisons-pilotes de l’élu dédiées à la formation Les collectivités locales sont désormais appelées à faire preuve d’imagination pour proposer et mener les projets locaux. Les élus doivent ainsi agir selon un esprit d’entreprise pour bénéficier d’une nouvelle génération d’avantages proposés par le gouvernement. Il s’agit d’un partenariat maroco-français dont la finalité est d’améliorer la gestion locale de la chose publique. Originalité: les collectivités locales intéressées peuvent bénéficier des prestations du laboratoire de maîtrise d’ouvrages locaux. C’est une nouvelle structure dotée d’un fonds d’appui aux initiatives partenariales (FIP) de 2,5 millions d’euros (environ 30 millions de DH). Celui-ci est dédié à soutenir les projets de développement local élaborés en partenariat par des collectivités locales marocaines et françaises. C’est une condition sine qua non pour bénéficier de l’aide. Partenaires marocains et français, représentants de collectivités locales se sont rencontrés, vendredi 30 septembre à Rabat. 61 présidents de communes de la région de Rabat y ont pris part. Des représentants des régions du Rhône-Alpes et des villes de Lyon et Grenoble, entre autres, ont été présents. Durant la rencontre, qui a été présidée par Saâd Hassar, wali, directeur général des collectivités locales (DGCL) au ministère de l’Intérieur, les élus marocains ont été incités à nouer des partenariats avec leurs homologues français. Le ministère lancera incessamment un appel à manifestation d’idées à travers la distribution de notes d’intention de projet que les élus devront dûment remplir pour bénéficier de la formule. Chaque collectivité locale doit participer avec 10% du montant du projet. C’est la première fois qu’une telle démarche, empruntée au monde de l’entreprise, est suivie. La DGCL a même lancé depuis mardi dernier un site web (http://demo.padmaroc.org/) où les élus locaux peuvent télécharger la note d’intention de projet et connaître les conditions d’accès aux prestations du laboratoire. Cette nouvelle approche s’inscrit dans le droit fil du projet d’appui au processus de la décentralisation (PAD) qui est doté d’un fonds de solidarité prioritaire de 11 millions d’euros, sur une période de 4 ans et financé par le gouvernement français. Autre originalité, la maison de l’élu. Un concept nouveau qui concernera cinq régions-pilotes, à savoir Rabat, Tanger, Marrakech, Agadir et Oujda. Il s’agit de lieux de formation au profit des élus locaux surtout pour ce qui est de l’exercice des métiers de la gestion locale. En effet, il y a un grand besoin de formation touchant des thèmes comme la compréhension des textes, la gestion du personnel et les procédures liées aux finances publiques. La maison de l’élu est la concrétisation des premières assises de la coopération décentralisée de Fès en 2001. Les collectivités locales marocaines et françaises avaient alors exprimé la volonté d’un transfert d’expériences et de savoir faire dans la gestion locale. Dans la même perspective, un forum de partenariat maroco-français sera tenu les 26 et 27 janvier 2006.


Elite locale

Lors de sa vulgarisation de l’INDH, Mostapha Sahel a toujours attiré l’attention sur le déficit en élite locale pour le pilotage des projets. En effet, la lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale est aussi l’affaire de femmes et d’hommes qui sont directement impliqués dans la gestion de la chose publique. C’est pour cette raison que le ministère de l’Intérieur a organisé des cycles de formation au profit de certains responsables au sein des préfectures. Les maisons de l’élu, qui sont une expérience maroco-française, viennent renforcer le dispositif existant et surtout le doter des moyens pédagogiques et de l’expertise nécessaire. Mostafa BENTAK

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc