×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

Un festival pour enfants démarre à Casablanca

Par L'Economiste | Edition N°:1164 Le 13/12/2001 | Partager

. Animation, jeux, concours, activités ludopédagogiques et spectacles sont à l'ordre du jour, au grand bonheur des enfantsLa première édition du Festival de l'Enfant a ouvert ses portes hier 12 décembre et se poursuivra jusqu'au 2 janvier 2002 à Casablanca au Jardin Heud, angle Bd Hassan II et Bd Rachidi. Cet événement, organisé par Trapèze Evénementiel, se veut un point de rencontre entre artistes et enfants. Animations, jeux, concours, activités ludopédagogiques et spectacles sont prévus au programme au grand bonheur des enfants. Les activités s'articulent autour de plusieurs axes agrémentés de jeux gonflables, d'un manège de poneys et de kiosques restauration. L'événement coïncide avec les vacances scolaires de l'Aïd-Al- Fitr et des fêtes de fin d'année. Les organisateurs veulent offrir aux petits et aux grands l'occasion de se retrouver en famille dans un cadre convivial et magique. C'est un univers à part entière où rime le royaume de l'enfant avec le monde de la danse, du chant, de la magie et du rêve. Selon les organisateurs, ce festival vise également à créer un espace de fête et de divertissement où tous les enfants seront invités à vivre des moments magiques. Il sera en outre une plate-forme où se rencontreront des artistes et des créateurs qui initieront les enfants à de nouvelles formes de divertissement et création. Les ateliers accueilleront les enfants au sein de chapiteaux entièrement aménagés et décorés en fonction de la thématique et les inviteront à s'exprimer dans une atmosphère magique. L'objectif est de créer un lieu d'expression et d'initiation des enfants à l'art, aux travaux intellectuels et manuels. Des thèmes fédérateurs comme la tolérance, les droits de l'enfant, la solidarité, la prévention, l'environnement seront à l'ordre du jour.Les jeux de kermesse seront répartis sur quatre tentes personnalisées, d'une superficie de 25 m2 chacune. Une mascotte décor de 1,50 m thématisée accueillera les enfants et les invitera à jouer dans une ambiance de fête. Enfin, le festival de l'enfant constituera pour les entreprises partenaires un lieu d'expression et de communication. Plus de 10.000 personnes sont attendues, soulignent les organisateurs.Fatim-Zahra TOHRY


. Ford lance un appel d'offres pour céder Kwik-FitFord, le deuxième constructeur automobile mondial, prévoit de céder ses parts dans la chaîne de réparation, Kwik-Fit, basée en Grande-Bretagne. L'objectif étant de se concentrer sur ses activités de base. L'entreprise a désigné la banque d'investissement mondiale, Goldman Sachs, pour étudier les offres de rachat de la chaîne, estimée à 1 milliard de dollars. Notons que cette décision fait partie du plan de redressement de l'entreprise qui intervient à la suite de la perte de ses parts de marché dans le segment des véhicules utilitaires.. Un DG de General Motors part à la retraiteRudy Schlais, le dirigeant des opérations de General Motors (GM) dans la zone Asie-Pacifique, part à la retraite la semaine prochaine. C'est Fritz Henderson, le vice-président du groupe et le pré-sident de GM en Amérique-latine, Afrique et Moyen-Orient qui assurera sa succession le 1er janvier 2002. La retraite de Schlais, 61 ans, est la dernière d'une série de changements opérés à GM depuis la nomination de Rick Wagoner en juin 2000 au poste de PDG. o. Air India, projet de privatisation abandonnéLe projet de privatisation d'Air India a fini par tomber dans l'eau à la suite de l'échec du groupe Tata, le candidat national restant à trouver un partenaire stratégique. D'après Tata, l'absence de l'intérêt international est l'une des conséquences directes des attentats du 11 septembre perpétrés contre les Etats-Unis. Rappelons que le gouvernement indien prévoyait de vendre 40% de ses parts dans Air India, dont 26% pouvaient être détenus par un partenaire étranger. L'Etat devait garder 40% de ses parts tandis que les 20% restantes devaient être partagées entre les employés et les institutions financières.
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc