×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique

UMA: Le Sommet d’Alger annulé

Par L'Economiste | Edition N°:1668 Le 23/12/2003 | Partager

. Cet ajournement a été demandé par la Libye. El Kadhafi accepte de prendre le relais de la présidence. La démarche algérienne met en danger le projet maghrébinNouveau fiasco pour l’Algérie. Le 7e sommet de l’Union du Maghreb Arabe (UMA) qui devait se tenir aujourd’hui et demain à Alger a été reporté à une date ultérieure. Cet ajournement a été possible à la demande de la Libye qui a accepté de prendre la présidence de l’UMA. Pendant longtemps Mouâmmar El Kadhafi a refusé de prendre le relais, sachant pertinemment que l’Union du Maghreb Arabe est malade, souffrant d’un mal qui la ronge de l’intérieur. Le diagnostic est incontestable: c’est le différend sur le Sahara marocain qui mine toute construction maghrébine. Ce report était prévisible. Car comment réussir un sommet si sur cinq chefs d’Etat, deux ont fait savoir qu’ils ne feraient pas le déplacement: le Souverain et le président mauritanien, dont le pays vient d’accuser la Libye d’être derrière la tentative du coup d’Etat à Nouakchott, sans parler de la brouille au sujet de la normalisation des relations avec Israël. Quant à El Kadhafi, tout auréolé par les satisfecits décernés ce week-end par Bush, Blair et le reste des grandes puissances au sujet des armes de destruction massive, il joue désormais dans la cour des grands. Le Sommet d’Alger, c’est peu pour lui. Il aurait d’ailleurs décrété que l’UMA devait rester au fond du frigo, en marge du sommet de 5+5 en décembre à Tunis. Dans ces conditions, s’entêter à tenir les assises d’Alger, comme si de rien n’était, tourne au drame d’un monologue stérile. La démarche algérienne, sous le couvert d’unionisme, produit l’effet inverse: elle met en danger le projet maghrébin, endossant la responsabilité de l’avoir fait avorter, après avoir réussi à le geler.Bouteflika voulait coûte que coûte tenir ce sommet à quelques mois de l’élection présidentielle dans son pays. Après avoir été président de l’OUA, il veut rajouter à son palmarès celui des cinq pays du Maghreb qui ne s’est pas réuni depuis 1994. La dernière tentative en date qui remonte à juin 2002 a été un échec. Le président algérien sait aussi que les pays de l’Union européenne et les Etats-Unis poussent l’Afrique du Nord à s’unir et s’engager dans une intégration économique pour mieux relever le défi de la mondialisation. Dans cette perspective, l’UMA s’impose comme une option stratégique. Rappelons que la réunion préparatoire des ministres des Affaires étrangères avait démarré dimanche dernier. L’ordre du jour comprenait l’examen des recommandations des experts. Celles-ci ont porté notamment sur l’évaluation des réalisations de l’UMA depuis sa création, la recherche des moyens pour relancer son action et l’adapter aux derniers développements survenus sur les plans régional et international. Au menu également, le renforcement de la coopération économique et l’intégration entre les cinq pays de l’Union. Le Maroc y a été représenté par Mohamed Benaïssa, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération. Il a été clair devant ses homologues. Le choix du projet maghrébin en tant qu’option stratégique inéluctable était lié à la nécessité de préserver les acquis nationaux et l’intégrité territoriale de chaque Etat membre qui reste au-dessus de toute considération. En d’autres termes, le chef de la diplomatie a mis le doigt sur le dossier qui bloque la construction maghrébine qui fait du surplace depuis une dizaine d’années. Mohamed CHAOUI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc