×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

UE/Afrique: Nouvelle stratégie de partenariat

Par L'Economiste | Edition N°:3415 Le 01/12/2010 | Partager

. Plan d’action avant le prochain sommet prévu à Bruxelles en 2013Européens et Africains ont adopté hier mardi une nouvelle stratégie de partenariat pour relancer une coopération en panne, à l’heure où l’Afrique suscite l’intérêt croissant des géants de l’Asie, en particulier de la Chine. Dans leur déclaration finale, les 80 dirigeants africains et européens ont souligné que leur coopération «revêt une importance stratégique pour les deux parties» et s’engagent à la réalisation de ce partenariat, au second jour de leur sommet de Tripoli. Mais cette motivation commune n’a pas éclipsé plusieurs sujets de contentieux comme le commerce, l’investissement ou le climat.Le président de la Commission de l’Union africaine, Jean Ping, a évoqué «trois problèmes»: l’aide, l’investissement et le commerce, qui sont «des facteurs importants pour nous permettre de nous développer», a-t-il dit lors d’une conférence de presse conjointe avec son homologue européen, Jose Manuel Barroso. «Nous rencontrons encore des divergences sur les Accord de partenariat économique» (APE), a-t-il ajouté. Mais «hormis ces divergences, qui sont nettement moins importantes que celles constatées à Lisbonne (lors du sommet de 2007), on avance dans la bonne direction. Il y a plus de souplesse de part et d’autre», a déclaré Ping.Les APE sont censés remplacer le régime commercial préférentiel accordé par l’Europe à ses anciennes colonies, régime jugé incompatible avec les règles internationales par l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Mais les Africains craignent que de tels accords, qui les obligeraient à ouvrir leur marché aux produits européens, ne détruisent leurs économies fragiles et ne les privent d’une grande partie de leurs recettes budgétaires, provenant des taxes prélevées sur les importations d’Europe. L’Afrique s’est plainte par ailleurs du manque d’investissements européens. «Les investissements européens ont systématiquement évité l’Afrique pour aller vers l’Asie», a déploré Ping. «Ce n’est pas la peine de critiquer la Chine qui vient. La Chine ne vous a jamais empêché de venir en Afrique», a-t-il dit. La Chine a massivement investi en Afrique, dans le pétrole, l’exploitation minière et l’industrie, tout en gagnant les coeurs et les esprits avec aides et prêts bonifiés. Barroso a souligné de son côté que l’UE et ses Etats membres sont responsables de plus de la moitié de l’aide au développement et «nous sommes prêts à continuer ces efforts», a-t-il dit. Reconnaissant que «la situation budgétaire en Europe est devenue bien plus difficile, en raison de la crise», il a fait valoir que «pour l’essentiel, les Etats membres respectent leur engagement». Le climat a été un autre sujet de discorde au cours de ce sommet. Les pays africains ont rejeté une déclaration commune avec l’UE concernant le changement climatique, au moment où se tenait la conférence de Cancun (Mexique) sur ce thème. Le sommet de Tripoli a abouti à l’adoption d’un plan d’action, qui définit les actions communes à mener avant le prochain sommet prévu à Bruxelles en 2013, selon la déclaration finale. Le plan porte notamment sur la paix et la sécurité, la démocratie et les droits de l’Homme, le commerce et l’infrastructure, l’énergie, l’immigration et l’emploi.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc