×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Economie

    Tuta Absoluta: Après la tomate, la pomme de terre

    Par L'Economiste | Edition N°:3125 Le 09/10/2009 | Partager

    . La larve a changé de cible . Pour la combattre: les mêmes produits utilisés pour la tomate Changement de «menu» pour la Tuta Absoluta, un papillon dont les larves sont connues pour leur appétit vorace. Elles ont réussi à passer de la tomate, leur cible préférée, vers les cultures de pommes de terre. Le signal d’alarme a été donné mercredi dernier dans la région de Larache. En effet, selon les spécialistes, la «mineuse», surnom donné à cet ennemi des cultures maraîchères, peut en effet s’attaquer en plus de la tomate et à la pomme de terre à toutes les cultures de la famille des solanacées, incluant l’aubergine. Si ce dernier cas ne s’est pas encore présenté, la larve de la Tuta Absoluta a déjà été détecté dans les cultures de pommes de terre dans le Gharb et dans le Loukkos, selon Abdelkrim Noaman, directeur de la fondation Nalsya pour le développement qui travaille dans le domaine de l’agriculture. Dans l’attente de chiffres officiels et d’une réaction des autorités, la présence de la Tuta sur les plantations de patates est une réalité, selon Nalsya, un fait d’autant plus grave «que peu d’agriculteurs s’attendent à ce que la Tuta Absoluta puisse s’attaquer aux cultures de pommes de terre», indique-t-on. Pour s’en convaincre, les experts utilisent un piège à phéromones. Ce dernier émet une odeur caractéristique qui attire les mâles de la Tuta Absoluta. Installés dans des champs de pommes de terre dans la région de Larache, ces pièges ont réussi à attirer des centaines de mâles en moins de trois jours, preuve de l’existence de la «mineuse». La voracité du ver de ce papillon et sa fécondité pourraient mettre en danger réel les plantations de pommes de terre comme elles ont déjà décimé des centaines d’hectares de plantations de tomates. Mais le traitement existe. Selon Noaman, les mêmes produits utilisés pour la tomate peuvent éradiquer la larve dans les cultures de pommes de terre. En outre, l’utilisation de semences précoces peut aussi aider à limiter les effets de ce parasite. En effet, la Tuta Absoluta est particulièrement sensible à la température et elle s’active à partir du mois de juin. Si la récolte se fait avant, au mois de mai, elle risque d’être épargnée. En plus, les experts conseillent aux agriculteurs de brûler les plants malades et de faire un labour profond afin d’éradiquer les larves et de tuer les œufs. La Tuta Absoluta est aussi très prolifique. La femelle peut pondre jusqu’à 260 œufs sur douze générations successives au cours de la même année. Cette larve peut aussi avoir des effets variés dont il s’agit de se protéger, selon le directeur de Nalsya. Il s’agit de sensibiliser les agriculteurs à cette plaie mais aussi de les convaincre d’utiliser les produits adéquats en quantité optimale. L’excès de pesticides ou leur utilisation incorrecte peuvent avoir des effets négatifs sur la récolte. C’est le cas du respect du «Délai avant récolte». Chaque pesticide ayant une durée de décomposition qu’il faut respecter avant de prendre les fruits, sinon le pesticide est encore présent sur les récoltes. Ali ABJIOU

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      publ[email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc