×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Tunisie: Bilan positif pour le tourisme en 2008

    Par L'Economiste | Edition N°:2931 Le 30/12/2008 | Partager

    . Le nombre de visiteurs dépassera les 7 millions. Pour 2009, les perspectives sont moins radieusesL’industrie touristique tunisienne a affiché une bonne santé en 2008 avec des entrées et des recettes à la hausse, mais redoute les contrecoups de la crise économique mondiale pour 2009, selon un bilan dressé samedi dernier par le ministre du Tourisme. Le nombre de visiteurs en 2008 dépassera les 7 millions, quelque 6,8 millions s’étant déjà rendus en Tunisie au 20 décembre, soit 4% de plus par rapport à la même période en 2007, a indiqué le ministre du Tourisme Khelil Laajimi. Les recettes sont en hausse de 6% à 1,78 milliard d’euros, a ajouté Laajimi, qui s’adressait à la presse en marge du festival du Sahara, organisé jusqu’au 28 décembre à Douz (sud). Plus de 37 millions de nuitées ont été recensées, soit une augmentation de 1,8%. «C’est plus que positif, c’est une bonne année», a-t-il dit.Les Français sont les touristes européens les plus nombreux (1,4 million), suivis par les Allemands (502.000) et les Italiens (425.860), a précisé le ministre, parlant de «soucis» pour les Anglais, qui ont boudé la Tunisie. Les statistiques de l’Office du tourisme (ONTT) montrent un recul de 18% des touristes en provenance du Royaume-Uni et d’Autriche. Laajimi compte sur une reprise du marché autrichien, échaudé en 2008 par l’enlèvement de deux touristes autrichiens en février dans le Sahara. «Notre désert est sécurisé pour peu qu’on respecte les règles», a-t-il assuré, annonçant un millier de réservations en provenance d’Autriche.Pour 2009, les perspectives sont moins radieuses, car l’industrie touristique sera inévitablement touchée par le ralentissement économique notamment en Europe. «Il n’y a pas de visibilité», a constaté Laajimi, évoquant «un plan de crise», hors budget, pour pallier le recul attendu.A signaler que le tourisme, principal pourvoyeur de devises du pays, représente 6% du PIB et 380.000 emplois en Tunisie.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc