×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Tunis, Casablanca: Comparons l'accueil des voyageurs à l'aéroport

    De notre envoyée spéciale à Tunis, Nadia SALAH

    Par L'Economiste | Edition N°:645 Le 24/11/1999 | Partager



    · 15mn, bagages compris, pour toutes les formalités à Tunis; 45mn à Casablanca, qui en est fier!
    · Tunis, propre même dans les coins; Casablanca, les vitres passées à la serpillière sale
    · Corruption dans des guichets bancaires tunisiens?


    Deux aéroports, deux compagnies aériennes et un même voyage: la situation idéale pour comparer.
    La politique touristique commence à l'aéroport.
    A Tunis, c'est à ne pas en croire sa montre: il faut 15mn, pas une de plus, entre le moment où l'on descend de l'avion et celui où l'on sort de l'aéroport, bagages récupérés! L'aéroport de Tunis a traité à ce moment, l'après-midi du 18 novembre 1999, quatre avions, dont trois avec des provenances réputées délicates: Hollande, Jordanie et Maroc.
    A Casablanca, le 21 novembre 1999, toujours dans l'après-midi, il faut aussi 15mn, mais juste pour passer le premier contrôle. Il en faut 3 de plus pour passer le deuxième, et encore 19mn pour avoir les bagages. Total avec les longs déplacements d'un point à un autre (qui n'existent pas à Tunis): les 45mn. Le Maroc en est très fier, parce qu'avant c'était pire. Cerise sur le gâteau: il a fallu 12 mn supplémentaires d'attente dans l'avion de la RAM à Casablanca. Motif: la passerelle de l'aéroport était en panne! L'aéroport de Casablanca a traité deux avions, dont un seul à provenance réputée difficile, celui qui venait de Tunis. Des deux côtés, la Douane est très rapide, et ne demande qu'à de rares voyageurs d'ouvrir les valises.
    Au contrôle de police, en Tunisie comme au Maroc, les mêmes questions sont posées. Mais à Tunis, c'est fait avec le sourire et le souhait d'un bon séjour. Pourtant, c'est la Tunisie qui a la réputation, plus que méritée, d'être tatillonne avec les journalistes! A Casablanca, il y avait 5 guichets pour deux avions. A Tunis, il y avait huit comptoirs pour quatre avions et aussitôt trois autres supplémentaires ont été ouverts. A Casablanca, au deuxième contrôle, celui des portiques pour détecter les objets métalliques, l'agent de police repose les mêmes questions que son collègue du guichet en feuilletant le passeport. A Tunis, l'un des trois portiques ne fonctionnait pas. L'agent de police faisait passer les voyageurs sans leur reposer de questions, sans les dévier vers les autres portiques, mais en leur souhaitant encore une fois un bon séjour. Les bagages tournaient déjà sur le carrousel.
    A Casablanca, quand les valises sont enfin apparues sur le carrousel, elles étaient parfois entassées, les unes sur les autres, si bien qu'au premier tournant le tas s'effondrait par terre.
    L'Aéroport de Tunis, qui est la porte d'entrée du pays (alors que celui de Casablanca n'est que l'une des portes du Maroc) est très propre: pas de traces de doigts sur les vitres, pas de poussière même dans les angles. La cafétéria sent bon le café. Dans l'Aéroport de Casablanca, les femmes de ménage en blouse rose sont omniprésentes, avec chiffons, balais et seaux. Mais les vitres ont été passées à la serpillière sale comme le démontrent les traces et dans les coins s'accumule la vieille crasse. La cafétéria pue la saleté ancienne.
    A Casablanca, tous les guichets bancaires changent l'argent avec le sourire et en souhaitant la bienvenue ou un bon voyage. A Tunis, il y a des guichets pour acheter les Dinars, qui n'ont pas le droit de faire l'opération inverse, réservée à d'autres guichets. Un policier tunisien, se cachant à peine, est venu se faire donner un billet par le banquier: apparemment de la corruption, mais pour quelle sorte d'infraction ou de passe-droit? A la question: "Pourquoi lui avez-vous donné de l'argent", le banquier, écarlate, s'est figé de stupeur: il était devenu sourd! Mais il a soudain retrouvé le reçu qu'il avait perdu une minute avant. Le pauvre banquier était aussi devenu muet, puisqu'il a oublié de souhaiter un bon voyage!

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc