×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Entreprises

    Trophée BMCI : Prominox: un chaudronnier s'industrialise

    Par L'Economiste | Edition N°:38 Le 16/07/1992 | Partager

    Prominox est une entreprise de chaudronnerie inox. Elle a remportée par trophée BMCI de l'investissement PME. Son initiateur, Mohamed Aitri, un self made man, a réussi à la faire passer d'un état artisanal à un stade industriel après dix ans d'existence.

    Dans le quartier de Aïn Borja, sur la rue du Capitaine Thiriat, coincée entre quelques immeubles et de petites entreprises de constructions métalliques, Prominox occupe une surface de près de 1.000m2, pour un effectif de 50 personnes. Cette PME d'aspect modeste vient d'être jetée aux feux de l'actualité par le trophée BMCI de l'investissement PME.
    Le métier de la chaudronnerie est très large. Prominox est spécialisée dans le créneau spécial de la chaudronnerie en acier inox. Ses activités touchent toutes les entreprises du secteur industriel, notamment les industries cosmétiques, pharmaceutiques, agro-alimentaires ainsi que les conserveries de poissons et de matières végétales.
    Elle réalise toute sorte de machines et d'équipements en inox. C'est une gamme très variée. Il s'agit des machines de séchage, de filtrage et de stérilisation, des cuves de préparation de même que des citernes isothermes pour le transport de liquide alimentaire.
    Par ailleurs, Prominox réalise entièrement des études et des installations d'équipements clé-en-main.

    De l'artisanat à l'industrie

    Prominox a été fondée en 1978 à l'initiative d'un self made man, Mohamed Aitri, qui en est le directeur. Son capital actuel, de l'ordre de 2 millions de DH, est entièrement détenu par des privés marocains. Unité artisanale à l'origine, Prominox a réalisé des investissements importants en matériels et en hommes.
    Le coût global des investissements mis en place entre 1988 et 1991 se chiffre à 9,5 millions de DH dont 7 millions de DH pour la première tranche de 1988 et 2,5 millions de DH pour celle de 1991.
    En 1991, elle a réalisé un chiffre d'affaires de l'ordre de 24 millions de DH exclusivement sur le marché local où sont concentrées les activités. Selon M. Aitri, ce montant représente à peine le dixième des importations, notamment françaises sur le marché marocain. En effet, les industriels étrangers constituent les principaux concurrents de Prominox en l'absence d'unités importantes installées au Maroc.
    Le marché marocain de la chaudronnerie en inox est potentiellement très important. Prominox est en mesure d'en prendre une bonne part dans les années à venir.

    Cependant, pour l'heure, elle n'arrive pas à mettre en oeuvre tous ses moyens matériels. Elle ne tourne qu'à 50% de sa capacité. En fait, la chaudronnerie nécessite une grande surface. Prominox est bloquée dans sa croissance en raison de l'exiguïté des locaux. Elle est suréquipée selon son Directeur.
    Le parc matériel dont elle dispose nécessite un local de près de 5.000m2. Actuellement, elle dispose de 2 installations de soudage, d'un banc d'essai, d'une potence de 6m pour souder, d'une machine de fabrication de fond, d'une poinçonneuse grignoteuse de précision, d'une installation de coupage à installation numérique ainsi que de plusieurs autres machines à usage mécanique. Afin de répondre à ce besoin en surface, la société envisage de s'installer sur un site de 10.000m2 pour pouvoir tourner à pleine capacité et anticiper sur une éventuelle extension.

    Contribution à la formation

    "L'inox est une matière noble" précise M. Aitri. "La mise en oeuvre de cet équipement nécessite non seulement des investissements importants, mais aussi un personnel qualifié" , explique-t-il.
    Pour l'instant, l'enseignement en chaudronnerie inox n'est pas tout à fait assuré dans les écoles de formation.
    Aussi, Prominox se charge-t-elle de parfaire le perfectionnement de ses employés recrutés parmi les professionnels de la branche.
    Par ailleurs, elle se veut non seulement une entreprise de production, mais aussi une école de formation. Dans cette optique, elle collabore avec les ITA pour la formation pratique des étudiants, notamment par le biais de stages en entreprise.
    Les mutations technologiques nécessitent un niveau de formation toujours plus élevé. Aussi, cette démarche entreprise depuis quelques années a donné des résultats et sera poursuivie.

    A.D.N

    L'entrepreneur

    Mohamed Aitri est né en 1951 à Fes. Il a remporté le prix BMCI de l'Investissement PME. Après de courtes études secondaires, il immigre en Allemagne en 1968 et s'installe à Stuttgart. Après 3 semestres d'études, il décroche un premier diplôme dans une école de chaudronnerie et de construction en inox et cuivre. Il fera le tour de plusieurs entreprises parce que "toujours à la quête de nouvelles connaissances", affirme-t-il. En 1973, il reprend à nouveau ses études pour un diplôme de contremaître qu'il obtient en 1975. Ensuite, il participe à la mise en place d'une chaudronnerie qui produit des fermenteurs de petite capacité pour les laboratoires pharmaceutiques. Il y travaille pendant deux ans. En 1978, muni d'un important capital expérience, il rentre au Maroc et crée Prominox.
    Mohamed Aitri est marié et père de deux enfants.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc