×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Trophée BMCI Jeunes Promoteurs: : Afrique Therme: Un ingénieur dans les chaudières

    Par L'Economiste | Edition N°:85 Le 24/06/1993 | Partager

    Afrique Therme, montée l'année passée par le biais d'un crédit Jeunes Promoteurs, intervient au niveau des équipements thermiques. Elle tourne actuellement à 80% de sa capacité. Un projet d'extension est en cours d'exécution.

    AFRIQUE Therme, créée en mai 1992, a été couronnée du Trophée Jeunes Promoteurs de la BMCI. L'activité de l'entreprise est la fabrication, la maintenance et la réparation des équipements thermiques, chaudières à vapeur, tuyauterie et séchoirs industriels... La société englobe également la réparation des cuiseurs et des autoclaves. Afrique Therme réalise, par ailleurs, des équipements d'économie d'énergie. Quand une étude de faisabilité confirme la rentabilité d'une conversion du brûleur au fuel ou au gazoil, par un brûleur au gaz, l'entreprise apporte une solution clé en main. "C'est un marche porteur", affirme M. Benchaïb, un des promoteurs du projet. Les entreprises, hantées par la compétitivité, tentent de réduire leur coût d'énergie. Il est éventuellement fait appel à Econoler-Maroc, filiale d'ADS Canada, pour le financement de 30 à 40% de l'investissement, récupéré sur les économies d'énergie. Il peut arriver que Afrique Therme propose le rachat du brûleur au fuel. Pour ce qui est de l'économie d'énergie, Afrique Therme a constitué un pool avec Termaltech pour la livraison des brûleurs à gaz et Sodepi pour la citerne et le gaz. "C'est une pratique qui est répandue dans le domaine", précise M. Benchaïb. Le principe de ce pool est que si l'une des sociétés démarche un projet, elle fait appel aux deux autres. Concernant la fabrication des chaudières à vapeur, d'une capacité maximum de 3 tonnes, le local de la société édifié sur 100m2 reste étroit. La fabrication réalisée dans l'usine d'un tiers amoindrit les marges d'Afrique Therme. Le principal problème rencontré par la société est donc celui du terrain. Les prix sont considérés prohibitifs et affectent le montant de l'investissement.

    Un projet d'extension est en phase d'étude pour le montage des chaudières à tubes d'eau.

    En effet, la spécialité d'un des promoteurs du projet est l'ingénierie au niveau de ces chaudières. La société compte louer un terrain de 800m2 pour une mensualité de 18.000DH vers Mohammédia.

    Ces chaudières sont utilisées pour la production de chaleur surchauffée destinées aux centrales thermiques, aux cimenteries ou aux sucreries. Ce projet sera "parrainé", selon l'expression de M. Benchaïb, par la société canadienne Thermaltech, productrice de ces chaudières.

    Par ailleurs, la société est en phase d'agrément par le maître d'ouvrage du gazoduc Maghreb-Europe, Métragaz. En association avec Consul Gaz, filiale de Thermaltech, Afrique Therme compte participer aux travaux par la prestation de ses ouvriers spécialisés pour la soudure et la tuyauterie. L'entreprise effectue déjà des prestations d'ouvriers pour la maintenance, pour de grandes sociétés telles la Samir ou l'OCP. Elle emploie actuellement 15 permanents. Cet effectif peut être étoffé par des saisonniers en fonction des marchés. Concernant le secteur tertiaire, la société réalise le renouvellement des chaudières de la chaîne Safir et celles de l'hôtel Solazure à Tanger. Afrique Therme a également décroché le marché pour un hôtel en construction du groupe Sahara. L'entreprise a réalisé un chiffre d'affaires de 400.000DH durant le quatrième trimestre 1992. Le chiffre d'affaires prévu pour 1993 est de l'ordre de 3 millions de DH.

    Elle tourne actuellement à 80% de sa capacité. Elle renforcera son équipe par le recrutement d'un ingénieur qui secondera M. Benchaïb.

    L'étude de marché pour le montage de la société a été réalisée par un bureau d'études spécialisé. L'étude a fait apparaître que le marché était très porteur. Les trois promoteurs du projet ont contracté un crédit jeunes promoteurs d'un montant de 2 millions de DH. La société, constituée en nom collectif, dispose d'un capital de 150.000DH. Les trois associés gèrent ensemble leur entreprise avec un certain "leadership" de l'ingénieur. Les deux autres qui sont des BTS s'occupent d'un groupe de clients. "Ce sont des hommes de terrain", précise M. Benchaïb. Ils apportent un complément à la fabrication des chaudières, puisqu'ils sont spécialisés dans tout le domaine électrique qui l'entoure.

    M. Benchaïb est lauréat d'une école d'ingénieurs d'Alger. Sa carrière a été marquée par ses cinq années passées à l'OCP. Il exerçait des fonctions de chef de service à l'unité de Safi. Considérant I'OCP comme une "grande école", il tente d'appliquer les méthodes de normes et de procédures au niveau de son entreprise ainsi que l'évaluation de chaque projet réalisé. Il rejoint par la suite Babcok & Wilcox Maroc, qui opère sur la même branche et où il travaillera pendant 5 ans en tant que technico-commercial démarchant la clientèle et réalisant les études.

    L.T.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc