×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Trois questions à Adil Douiri, ministre du Tourisme

    Par L'Economiste | Edition N°:2296 Le 13/06/2006 | Partager

    . L’Economiste: Que reste-t-il, selon vous, à faire pour rendre le circuit du PAT d’immouzer plus attractif ? - Adil Douiri: Il faut multiplier les circuits, les sentiers, de manière à ce que l’offre touristique soit plus large. Par ailleurs, il est nécessaire de concevoir ce produit comme des circuits de 7 à 8 jours, de façon à générer des retombées sur les populations locales à travers les achats des produits d’artisanat, du terroir et de services de restauration ainsi que d’hébergement. Aussi l’implantation et la multiplication de gîtes ruraux sont indispensables pour la réussite du projet. . La destination Agadir souffre d’une activité touristique à deux vitesses. Que préconisez-vous sur ce plan?- Sur la station balnéaire, il y a entre 5.000 et 10.000 lits qui sont mal exploités. Et ce n’est pas une question de lieu d’implantation en 2e et 3e ligne mais bien un problème de mise à niveau du parc et de gestion des établissements. Pour relever le niveau, il est primordial de vendre les unités qui tournent mal, de les confier à des professionnels et de les introduire dans des réseaux de commercialisation. On est prêt à les aider dans ce sens. . La formule all inclusive est aussi au centre des discussions actuellement. Quel est votre avis sur la question?- Il y a en effet un débat là-dessus et la réponse à la préoccupation -de ceux qui pensent que la formule du all inclusive dans les hôtels nuit aux commerces de la ville- est dans le plan de développement régional (PDR). Il va nous permettre de mettre en place un coeur de vie dans la cité à travers des restaurants et des cafés à la mode. De manière à donner envie aux touristes de sortir des hôtels. Car si Agadir veut devenir une destination de tourisme urbain avec de l’animation il faut réussir le PDR. Sinon la station balnéaire malgré son climat ensoleillé et ses plages deviendra progressivement une île et le all inclusive s’imposera par la force des choses.Propos recueillis par M. A.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc