×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossiers

Trois mille lits additionnels à Fès d'ici 2003

Par L'Economiste | Edition N°:800 Le 30/06/2000 | Partager

. Un projet pour la transformation d'un ancien champ de course abandonné en zone touristique. Le site accueillera cinq hôtels et des résidences touristiques. Plusieurs chaînes hôtelières ont déjà manifesté leur intérêt pour le projetFès deviendra-t-elle une destination de séjour? Aujourd'hui, la moyenne des nuitées des touristes ne dépasse guère deux. Les opérateurs touristiques de la capitale spirituelle indiquent que deux facteurs sont à l'origine de cette situation: le manque de diversification du produit fassi, aujourd'hui concentré sur le tourisme culturel et la faible capacité hôtelière de la ville. «Fès n'est pas une destination rentable pour les tours opérateurs étrangers pour lesquels le nombre minimum de lits nécessaire pour commercialiser la ville doit avoisiner 8.000 contre seulement 3.500 aujourd'hui«, souligne M. Driss Faceh, président du Grit-Fès. Aussi un projet ambitieux pour le renforcement de la capacité d'accueil est-il aujourd'hui en cours de concrétisation. Il s'agit de l'aménagement d'un ancien «champ de course«, actuellement abandonné, en cité touristique. La candidature du Maroc pour 2006 a donné un sérieux coup de fouet à la relance du projet dont l'idée germait depuis plusieurs années.S'étendant sur 32 hectares, le terrain situé au centre de la nouvelle médina devra accueillir, outre des hôtels, des résidences pour une capacité totale de près de 3.000 lits.Telle que conçue par ses promoteurs, la zone sera divisée en trois espaces. Le premier, de six hectares, accueillera cinq hôtels de la catégorie quatre étoiles (R+4)(1). La superficie de chacun variera entre 12.000 et 15.000 m2. La deuxième partie, également de six hectares, est destinée à accueillir une zone résidentielle (R+4) avec des servitudes d'arcade. Le souci principal des concepteurs, indique M. Benseddik, président de la Commune d'Agdal, est de combler le déficit en animation de la ville afin de réussir à retenir les touristes. Aussi le troisième tronçon, de vingt hectares, sera-t-il réparti en un parc central, lui-même entouré d'un espace de verdure, d'animation et restauration, souligne le président de la Commune. Ce dernier précise que la zone résidentielle pourrait également accueillir des hôtels trois étoiles, construits en hauteur, sur des lots de 500 à 800 m2.Aujourd'hui, une quarantaine de demandes ont été déposées, dont une vingtaine sélectionnée. Outre les opérateurs touristiques, principalement fassis, la Commune a également reçu des demandes de chaînes hôtelières dont la SOTORAM, filiale de la Royal Air Maroc, le Palm Dorint(2) et la Société Française de Participation Immobilière.Actuellement, le cahier des charges est en examen au Ministère du Tourisme. Une commission pluridisciplinaire devra déterminer la valeur du bail (de longue durée), qui sera proposée pour la zone hôtels. Les terrains de la zone résidentielle seront par contre proposés à la vente aux enchères. Le prix plancher tournerait autour de 3.000 à 3.500 DH le m2(3). Une péréquation entre les zones résidentielle et hôtelière d'une part et le parc d'attraction d'autre part devra assurer la rentabilité du projet. D'ailleurs, M. Benseddik indique que «le déficit annuel pour les trois premières années ne dépassera pas 1.000 DH et que le seuil de rentabilité sera atteint au bout du troisième exercice«(4).Les promoteurs du projet précisent que les travaux de réhabilitation du terrain pourraient démarrer dès la réception d'un avis favorable de la Direction des collectivités locales. «Nous estimons que le lancement des infrastructures démarrera au maximum en fin d'année«. L'ouverture du site pour la clientèle pourra intervenir six mois après l'attribution des lots pour les résidences et deux ans pour les hôtels.


Les circuits des villes impériales compromis

Les circuits des villes impériales sont désormais compromis d'ici 2001-2002 en raison du surbooking qu'enregistre la ville de Marrakech. En effet, selon M. Othman Chérif Alami, directeur général d'Atlas Voyage, la ville des Almoravides connaîtra des goulots d'étranglement les deux prochaines saisons. «Il n'est plus possible d'effectuer des réservations dans des hôtels quatre étoiles et une grande partie des trois étoiles n'est pas commercialisable«, déplorent plusieurs opérateurs. De ce fait, les autres villes impériales sont menacées de tourner à une faible capacité. Ceci est dû au fait que les vols de ces circuits sont concentrés sur Marrakech et que les autre villes, dont Fès, sont mal desservies, indique Aziz Lebbar, hôtelier à Fès.A. M.(1) Cet espace devra également accueillir une salle polyvalente commune d'une capacité moyenne de 500 personnes.(2) Opérateur franco-allemand déjà présent à Agadir. Fès sera la première ville impériale marocaine à l'accueillir.(3) Dans cette même zone, le prix de vente moyen avoisine les 5.000 DH.(4) Les rentrées de la Commune pourraient atteindre, si les hôtels tournent à plein régime, cinq millions de DH.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc