×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie Internationale

    Trois candidats se disputent le fauteuil de l'OMC

    Par L'Economiste | Edition N°:147 Le 29/09/1994 | Partager

    Le Brésil a retiré la candidature de son ex-ministre des Finances, M. Rubens Ricupero, à la direction de l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC), qui doit succéder au GATT l'an prochain. Il reste en compétition le président sortant du Mexique, M. Carlos Salinas de Gortari, face à M. Renato Ruggiero, ancien ministre italien du Commerce extérieur. Le premier est soutenu par les Etats-Unis, le second par les Douze. Le troisième candidat n'est autre que le Sud-Coréen Chul-Su.

    Trois candidats également se disputent le fauteuil de l'OCDE. (Organisation de Coopération et de Développement Economique). Il s'agit du Français Jean-Claude Paye, secrétaire général sortant et candidat à sa propre succession, du Canadien Donald Johnston et du Britannique Nigel Lawson. Le Français est soutenu par les Douze et le Canadien par les Américains. Quant à M. Lawson, il espère devenir le candidat du compromis. Lors des réunions parallèles, qui se sont tenues le 22 septembre à Bruxelles et à Genève entre ambassadeurs des Douze auprès de l'Union Européenne d'un côté, les ambassadeurs auprès du GATT de l'autre, pour trouver un secrétaire général à l'OCDE et un directeur général à l'OMC, les marchandages allaient bon train, rapporte la presse étrangère. Compte tenu du forcing américain, les Européens qui sont à la tête des deux Organisations internationales (l'Irlandais Peter Sutherland pour le GATT et M. Paye pour l'OCDE) savent qu'ils devront céder sur un siège. Ce sera donc soit au Français soit à l'Italien de se désister. Concernant la ratification des accords de l'Uruguay-Round, il est indiqué que de nombreux pays attendent que les Etats-Unis fassent "le premier pas". Ces pays disent craindre que Washington leur refasse "le coup de 1947" lorsque les Américains avaient refusé de ratifier le traité instituant le GATT.




    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc