×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Transports en commun
Casablanca: Les privés vont surseoir à la grève

Par L'Economiste | Edition N°:1710 Le 23/02/2004 | Partager

. Ayant perdu la course pour la gestion déléguée de la RATC, les concessionnaires montent au créneauNeuf concessionnaires des transports en commun de Casablanca ont tenu une réunion, jeudi dernier au siège de la wilaya, avec le wali et le président du Conseil de la ville.Houleuse au début, la réunion s'est vite transformée en “un dialogue responsable entre les différentes parties”. “Cette réunion nous a permis de clarifier les choses et aussi de poser des questions sur l'avenir des concessions”, affirme un opérateur. Selon lui, “la sérénité va s'installer à nouveau” puisque les transporteurs privés ont reçu des “engagements formels de la part du wali comme quoi aucun opérateur ne sera touché”. Du coup, les neuf concessionnaires ont décidé de surseoir au mouvement de grève qu'ils devaient déclencher aujourd'hui même. Ils ont également abandonné leur menace de ne pas renouveler les cartes d'abonnement étudiants du mois de mars. Une commission sera constituée, ce lundi, et se penchera sur l'examen de la mise en place d'une politique des transports en commun. Elle sera composée des représentants des neuf concessionnaires, le wali et le président du Conseil de la ville. Les privés ont d'ailleurs convenu de se constituer en pôle. Ce dernier comportera toutes les sociétés qui ne font pas partie du groupement retenu par la commission de préqualification à la gestion déléguée de la Régie autonome des transports en commun de Casablanca (RATC). “D'autres opérateurs privés pourraient éventuellement s'y joindre. Ainsi, nous serons au moins une quinzaine dans ce pôle et les autorités n'auront alors que deux interlocuteurs: notre pôle et l'adjudicataire de la gestion déléguée”, affirme un opérateur.Cependant, quel sort sera réservé à tous ces concessionnaires à la fin du contrat en 2009 qui les lie à la ville de Casablanca? Les “engagements du wali sont sérieux et l'on doit voir l'avenir avec beaucoup d'optimise”, estime un transporteur. Au sein de la commission qui sera créée aujourd'hui, “le pôle aura son mot à dire du moment que les missions des uns et des autres seront clarifiées”, ajoute-t-il.J. E. HERRADI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc