×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Transport routier de produits chimiques
    Vite, il faut la loi!

    Par L'Economiste | Edition N°:2424 Le 18/12/2006 | Partager

    . Objectif: sécuriser les personnes, les biens et l’environnement. La formation du personnel peut minimiser les risques. Les autorités nécessitent une assistance technique de l’entrepriseUN accident impliquant des matières dangereuses peut avoir des conséquences graves sur 4 éléments essentiels : les individus, l’environnement, les infrastructures routières et les biens. Pour sensibiliser l’ensemble des partenaires du secteur industriel public et privé sur l’importance de la sécurité routière en matière du transport des produits chimiques, la Fédération de la chimie et de la parachimie (FCP) a tenu son 8e Workshop Responsible Care, le 14 décembre à Casablanca, sur le thème du «transport des produits chimiques et sécurité routière ». La thematique s’inscrit dans le concept instauré par la nouvelle charte dite «Global Charter Responsible Care». Cette manifestation a été animée par les responsables du ministère de l’Equipement et des professionnels des industries chimiques marocaines et étrangères.Pour Mohamed Benchekroune, président de la FCP, il s’agit de fournir aide et conseils pour promouvoir la bonne gestion des produits chimiques par ceux qui les manipulent et les utilisent tout au long de la chaîne de valeur.La fédération et d’autres départements gouvernementaux ont insisté sur l’importance de la réglementation du transport par route des marchandises dangereuses à travers la promulgation du nouveau projet de loi. Il s’agit de mettre à jour le cadre législatif et réglementaire en vigueur en harmonie avec les normes et standards internationaux pour rendre applicable les dispositions de l’ADR (voir encadré) aux transports nationaux. L’objectif est d’accroître la sécurité des personnes, des biens et de l’environnement. Le président de la FCP estime que l’application de cette loi doit prendre en considération les contraintes du secteur qui doit s’adapter aux nouvelles dispositions. Un autre point abordé concerne la formation du personnel du secteur et la création de nouvelles spécialités répondant aux besoins des professionnels. Pour les intervenants, il est impératif de procéder à l’adoption des programmes de formation pour la certification du transporteur de matières dangereuses par route. La formation des hommes est un paramètre essentiel de la sécurité: «80 % des accidents sont liés à des erreurs humaines» selon un expert français. Pour ce dernier, cette formation doit être assurée par des organismes dépendants des professionnels au service de la sécurité. L’objectif est la maîtrise des règles de sécurité lors du chargement et du déchargement ainsi que des règles d’arrimage et la prise en compte des dangers des marchandises transportées. Rappelons que l’attribution du titre de conducteur professionnel est conditionnée, sur la base de la loi n° 52-05, par l’obtention d’un certificat d’aptitude professionnelle. Les intervenants ont mis aussi l’accent sur l’importance de l’assistance technique que les entreprises pourraient porter aux pouvoirs publics en cas d’accident de transport des matières dangereuses pour minimiser les conséquences de l’accident.


    Attestation

    L’accord européen relatif au transport international des marchandises dangereuses par route, adopté à Genève le 30 septembre 1957 sous l’égide de la commission économique des Nations unies pour l’Europe, est entré en vigueur le 29 janvier 1968. Le Maroc y adhère depuis 2003. L’ADR est un accord entre Etats. Ses annexes A et B ont désormais été adoptées par tous les membres de l’UE et constituent la base de la réglementation du transport des marchandises par route à l’intérieur et entre les Etats membres. Le chapitre 8.2 de l’ADR impose aux conducteurs des véhicules affectés de matières dangereuses d’être titulaire d’une attestation de formation spécifique aux produits transportés. Khalid El HARRAK

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc