×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Transparency International
Grand laisser-aller des gouvernements

Par L'Economiste | Edition N°:2418 Le 08/12/2006 | Partager

. Un sondage réalisé dans 62 pays révèle l’inefficacité des Etats . Les Africains dénoncent moins que les Américains ou les EuropéensLES gouvernements ne font pas assez pour lutter contre la corruption, selon un sondage réalisé dans 62 pays pour l’organisation anticorruption Transparency International. Selon cette étude présentée le 7 décembre à Bruxelles, seules 22% des personnes interrogées estiment que leur gouvernement a une action efficace ou très efficace contre la corruption. Au contraire, 69% au total estiment cette action inefficace: 38% trouvent cette lutte «pas efficace», 16% pensent que leur gouvernement «ne lutte pas du tout» contre ce fléau et 15% estiment même qu’ils l’encouragent. Les chiffres varient beaucoup d’un continent à l’autre. Ainsi, 78% des Américains du Nord et 70% des Européens (UE et Europe de l’Ouest) interrogés jugent l’action de leurs gouvernements inefficace. Au contraire, alors que beaucoup de pays africains sont parmi les plus mauvais élèves du classement annuel de Transparency International sur la corruption, 53% seulement des Africains interrogés dénoncent l’action de leur gouvernement en la matière et 44% la trouvent efficace ou très efficace. Par exemple, en République démocratique du Congo, 156e sur 163 pays lors du classement 2006 avec une note de 2/10, 59% des personnes interrogées jugent la lutte contre la corruption efficace chez eux, contre 40% qui pensent le contraire. Ce chiffre tombe à 17% pour l’Amérique latine, à 9% pour l’ensemble des personnes interrogées, à 7% pour l’Asie ou encore à 2% pour l’Europe de l’Ouest et l’Amérique du Nord. «Ce sondage mondial montre que la corruption a un effet dramatique sur les vies des individus», a commenté la présidente de Transparency International, Huguette Labelle. Ce sondage a été réalisé par l’institut Gallup auprès de 59.661 personnes dans 62 pays.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc