×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Transit portuaire des céréales
    Le dossier devant la Concurrence

    Par L'Economiste | Edition N°:3168 Le 11/12/2009 | Partager

    . L’Association des fabricants d’aliments composés s’est même attachée les services d’un avocat. Elle conteste la gestion du traitement des céréales au port de Casablanca. Mass Céréales se défend d’être impliquée dans cette affaire Mass Céréales, filiale du groupe Holmarcom, refuse de prendre à son compte le différend naissant entre la FNCL -Fédération des négociants en céréales et légumineuses- et l’ANP, l’autorité portuaire (cf. L’Economiste du 7 décembre). La position du directeur général délégué de Mass Céréales, Hafid Debbarh, est sans équivoque. «Cette bagarre ne peut pas opposer Mass Céréales à ses clients», sous prétexte que la décision de l’ANP, voulant que «les navires céréaliers, autres que mixtes, fréquentant le port de Casablanca, soient traités exclusivement dans les installations dédiées». Décision consacrant, aux yeux des professionnels, le monopole de cette entreprise. Debbarh conteste l’idée de monopole, sachant que Mass Céréales partage le marché du port de Casablanca avec Sosipo, filiale de l’Onicl. De plus, Marsa Maroc exécute les mêmes opérations dans la mesure où les navires ayant un tirant d’eau important doivent être allégés à quai avant d’accoster aux terminaux des silos. A ce titre, Marsa Maroc s’adjuge quand même pas moins de 33% de parts de marché bien devant Sosipo qui engrange 27%. Pour Debbarh, les mots ont un sens, sachant que «ce duopole peut se transformer en oligopole» qui, en passant, fait la part belle à l’opérateur public. Et que l’exclusivité dont parlent certains ne revient pas au seul Mass Céréales al Maghreb, mais à toutes les installations portuaires spécialisées, dont la filiale de l’Onicl. Loin de cette querelle de chapelle et de ce débat sémantique, l’Afac, qui regroupe les fabricants d’aliments composés, a porté cette «bagarre de céréales» à un cran au-dessus du régulateur des ports du Maroc. L’Association vient en effet de saisir le Conseil de la concurrence dénonçant la gestion des cargaisons de céréales transitant par le port de Casablanca. Dans leur plainte, les membres de l’Afac se disent inquiets des dispositions prises par l’Agence des ports, que nous avons tenté de joindre en vain. Ils accusent le régulateur de prendre «simultanément et unilatéralement» de grandes décisions contestables et s’insurgent ainsi contre le fait d’«interdire le quai pour le déchargement des cargaisons de céréales d’importation», d’«imposer à ces cargaisons de transiter par l’un des deux silos portuaires de Casablanca», de «relever et unifier le tarif de manutention et de stockage pour les deux silos portuaires, sachant que les installations de la Sosipo sont anciennes et donc n’offrent pas la même qualité de service». Ce qui, pour les plaignants, signifie que «l’ANP garantit le plein emploi à MCM et Sosipo n’aura de clients que lorsque le premier est plein». Sans vouloir s’immiscer dans cette «bagarre de céréales», qu’il dit ne concerne pas son entreprise, Debbarh se réfère aux statistiques, les mêmes auxquelles ont accès tous les intervenants du secteur. Depuis le début de son activité en mars 2009, Mass Céréales al Maghreb a traité 157.000 tonnes contre 126.000 tonnes pour Sosipo. Mais ce qui gêne les membres de l’Afac, c’est aussi et surtout l’un des alinéas de l’article 3 de la Décision de l’ANP, en date du 1er octobre dernier. Il stipule que l’autorité portuaire, en l’occurrence l’ANP himeself, «pourra, à titre exceptionnel, autoriser le traitement des navires céréaliers dans des conditions autres que celles arrêtées dans les articles précédents». C’est-à-dire, les articles 1 et 2 qui donnent l’exclusivité du traitement aux seules installations spécialisées. Dans le cas du port de Casablanca, cette «fleur» est faite aux deux opérateurs, qui ont encore la latitude de surfer sur les tarifs dès lors qu’ils sont homologués par l’autorité portuaire. Depuis, la réforme portuaire a introduit l’unicité de la tarification. A compter du 1er janvier prochain, le tarif des sorties directes est fixé à 42,50 DH/tonne tandis le passage par les silos porte ce tarif à 58,50 DH la tonne. Pour Mass Céréales, «cette différenciation très sensible entre les deux tarifs vise à encourager les importateurs à faire évacuer leurs marchandises dans les meilleurs délais». Arguments avancés: «avoir constamment un creux disponible dans nos installations et en faire profiter la communauté des importateurs». Il n’en fallait pas plus pour sortir la FNCl de ses gonds. La nouvelle tarification affiche en effet une hausse de 60%. Hausse qui sera compensée par le service donné en contre-partie (traitement rapide…), selon Debbarh. «Elle ne pourra en aucun cas être compensée par un traitement plus rapide des navires, étant donné que le nombre de postes dédiés a été fortement réduit. Ce qui se traduira immanquablement par des attentes plus longues», réplique la Fédération qui dit tenir pour responsable direct le régulateur du préjudice subi. De son côté, l’Association des fabricants d’aliments composés s’est attachée les services d’un avocat pour constituer un avis juridique sur la légalité des décisions prises par l’ANP, notamment la fixation et l’unification des tarifs. L’entrée en vigueur des nouveaux tarifs plafonnés de l’ANP promet de nouvelles bagarres de céréales.


    Tarifs

    Sosipo applique un tarif moyen de 46 DH/t sur la base de 1/3 en déchargement direct à 33,50 DH/t et 2/3 en ensilage à 51,50 DH. S’inspirant des tarifs de Sosipo, Mass Céréales applique depuis le démarrage de son activité un tarif moyen de 45 DH sur la base de 20% pour le déchargement direct et 80%, au titre de l’ensilage.A. G. & B. T.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc